Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/260

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XLVI.
Qu’il faut mettre sa confiance en Dieu, lorsqu’on est injurié & calomnié.
Le Maistre.

Mon fils, soyez ferme & constant, & esperez tout de moi. Que sont les paroles, que des paroles qui passent ?

Elles frappent l’air, & ne brisent pas les pierres.

Si vous vous sentez coupable, songez qu’il faut que vous travailliez à vous amender : si vous vous jugez innocent, souvenez-vous que vous devez souffrir de bon cœur cette mortification pour l’amour de moi.

Ne vous imaginez pas avoir beaucoup fait, quand vous avez enduré quelque parole de mépris : car il s’en faut bien que vous n’ayez assez de courage pour supporter de rudes tourmens.

Pourquoi pensez-vous qu’une parole un peu aigre vous cause tant de chagrin, si ce n’est parce que vous êtes encore charnel, & que vous apprehendez trop les faux jugemens des hommes ?

Comme vous craignez le mépris, vous ne voulez point qu’on vous reprenne de vos fautes, & jamais vous ne manquez de pretextes pour les excuser.

Entrez plus avant dans votre in-