Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/307

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

lui-ci est favorisé de beaucoup de graces ; pourquoi l’on est si humilié, & l’autre si élevé.

Ce sont des mystéres, qui passent & la portée de l’esprit humain, & il n’est point d’homme sur la terre, qui à force de réflexion & de disputes, puisse parvenir à la connoissance de mes jugemens.

Lors donc que le Tentateur vous suggerera ces pensées, ou que des gens trop curieux vous interrogeront là dessus, ne leur répondez que par ces paroles du Prophéte : Vous êtes juste, Seigneur, & vos jugemens sont équitables[1] :

Ou par ces autres : Les jugemens du Seigneur sont véritables, ils sont essentiellement justes[2].

Et de fait mes jugemens doivent être réverez & non pas examinez, parce que nul entendement humain n’est capable de les comprendre.

Prenez garde aussi de ne jamais disputer sur le mérite des Saints, & n’allez point rechercher qui est le plus grand & le plus élevé en gloire, dans le Royaume des Cieux.

Ces sortes de curiositez ne servent qu’à partager les esprits, qu’à leur inspirer de l’orgüeil, d’où naissent des jalousies & des querelles, les uns voulant exalter un Saint, les autres un autre.

Tout cela est inutile, & désagréa-

  1. Psal. 118. 137.
  2. Psal. 18. 10.