Page:Le Tour du monde - 01.djvu/304

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


quelques dépôts de limonite d’un rouge brique : voilà ce désert que j’appelle au hasard du nom du seul village (Uscipolie) que j’y ai vu. Le pittoresque y abonde, grâce aux escarpements de la roche qui perce partout. Une heure après avoir passé la frontière, on longe une sorte de corniche d’où la vue plonge avec une stupeur admirative sur la vallée de Breno, qui s’ouvre au pied du plateau, et déploie en face de ces coteaux arides toutes les splendeurs de sa végétation et tout le fourmillement de ses cinq beaux villages et de ses nombreuses habitations.

Herzégovine. — Le château de Trébigne. — Dessin de de Bar d’après M. Lejean.

Le Val di Breno forme un croissant resserré entre les montagnes, et une jolie baie qui ferme harmonieusement ce paysage d’une douceur toute acadienne. La plus belle vue est celle dont l’on jouit en suivant la route de Cattaro, au point où cette route commence à descendre sur la vallée : il est vrai, qu’on ne peut alors embrasser du regard toute étendue du panorama, car on a sur la droite une hauteur couronnée par une chapelle dont le nom m’échappe, et qui donne à la baie l’apparence d’un lac, en masquant complétement la pointe sud, où semble sommeiller une petite ville de mélancolique apparence. Cette petite ville n’en est pas moins la mère illustre et vénérable de Raguse : c’est l’antique Epidaurus, le Vieux Raguse, dont les belles ruines grecques et romaines ont été utilisées par sa brillante héritière. Le Vieux-Raguse n’a plus aujourd’hui pour lui que sa situation pittoresque et hardie, ses inscriptions et un souvenir historique qui s’est perpétué dans son nom slave de Zavtat (la florissante) qui a l’air d’un mensonge ironique.

La Trébinsnitza. — Dessin de de Bar d’après M. Lejean.

Deux heures plus loin, j’atteignis Kemal-Effendi à l’entrée d’une vallée en forme de cirque, au milieu de laquelle trois braves douaniers turcs prennent le frais à la porte d’un petit poste, sans autre distraction que de fumer tout le jour et d’offrir le café aux « voyageurs de dis-