Page:Maman J. Girardin.pdf/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Comme il était habitué à trouver beaucoup de morale dans les histoires que lui contait miss Pratt, il se défiait d'instinct de celles de Lucien de Servan.

« Et puis, il y a Pataud! suggéra Georges. qui rivalisait de zèle avec sa sœur pour inspirer au marmot sacré le désir de fréquenter la maison.

— Pataud ! dit le marmot sacré d'un air surpris.

— C'est notre gros chien, reprit Georges; il joue quelquefois avec nous; il n'est pas méchant.

— Est-ce qu'on peut monter à cheval sur son dos? demanda le marmot sacré avec le plus vif intérêt.

— Non, répondit Georges en riant. Je crois qu'il n'aimerait pas cela; les chiens ne sont pas faits pour qu'on leur monte à cheval sur le dos. »

Le marmot sacré secoua la tête d'un air profond. Dans son idée à lui, un des grands plaisirs de la vie, c'est de chevaucher sur tout ce qui est chevauchable; les chaises de la maison paternelle en savaient quelque chose, et le tabouret du piano aussi.

Cependant il garda ses réflexions pour lui, et se contenta de dire : « Je sais très bien aboyer. »

Un domestique vint enlever le marmot sacré, et coupa court à ses confidences.

Une semaine plus tard il apparut, plus ingambe et plus remuant que jamais. Par bonheur pour lui, il avait été précédé de sa renommée de martyr courageux, qui jeta un voile sur ses imperfections. Comme il était le plus jeune de la bande, chacun des autres enfants se fit un devoir de veiller sur lui, et il ne tarda pas à donner de l'occupation à ses protecteurs. Lucien ne le perdait jamais de vue, et c'est lui qui signalait ses frasques aux autres associés.

Le marmot sacré avait cela de bon qu'il ne boudait jamais. Arrêté dans l'exécution d'un de ses projets, il se consolait en en formant un autre, car il avait la cervelle merveilleusement féconde. Les autres enfants s'attachèrent à lui, en raison même des soucis qu'il leur causait; quant à lui, il les aimait tous, mais à des degrés différents. Georges et Louise venaient en tête; puis Pataud et Maurice, ex æquo; Nathalie et Lucien fermaient la marche.

Mais toute cette hiérarchie fut bouleversée par l'apparition d'un nouveau personnage. Le capitaine Maulevrier, étant venu passer