Page:Maman J. Girardin.pdf/87

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

la hauteur du coupé; mais il n'osa pas regarder dedans, de peur d'être indiscret.

A la seconde côte, il risqua un timide coup d'œil, M. et Mme Gilbert causaient tranquillement, les deux enfants lui adressaient des signes de tête, comme à une vieille connaissance.

A la troisième côte, il prit son courage à deux mains, et s'adressant à Mme Gilbert, il lui dit:

« Si le petit monsieur et la petite demoiselle ont des fourmis dans les jambes, ils peuvent descendre pour se les dégourdir un peu, je veillerai bien sur eux. »

Les enfants regardèrent leur mère avec des yeux suppliants; justement ils avaient des fourmis dans les jambes, et puis il faisait très beau temps, et les talus des fossés étaient pleins de fleurettes.

Mme Gilbert fit un petit signe de tête et les deux enfants battirent des mains. M. Pichon fit arrêter son attelage, ouvrit la portière et prit successivement les deux enfants, qu'il déposa sur la route avec un grand luxe de précautions. S'il ne les embrassa pas pour sa peine, ce n'est pas faute d'en avoir grande envie, c'est qu'il n'osa pas.

« Marchez bien sagement et ne vous échauffez pas, » dit Mme Gilbert aux deux enfants.

Le petit garçon vint se placer à la droite de M. Pichon et la petite fille à la droite de son frère.

Comme ils n'étaient ni sottement timides ni empruntés, ils lui firent sur tout ce qu'ils voyaient une foule de questions, auxquelles il répondit de son mieux. Bientôt ce fut à lui d'interroger et à eux de répondre. D'abord il s'enquit de leurs noms. Le petit garçon s'appelait Georges, « comme son grand-père »; la petite fille s'appelait Louise, « comme sa bonne petite tante ».

« Est-ce qu'elle ressemble à votre maman, cette bonne petite tante? »

La petite fille, embarrassée, regarda son frère, qui répondit:

« Oui, elle lui ressemble.

— Est-ce qu'elle est mariée? demanda M. Pichon, en regardant le bleu clair du ciel à travers les feuilles menues d'un gros cormier.

—Non! » répondirent les deux enfants.

M. Pichon pensa tout de suite au capitaine Maulevrier, et garda quelques instants le silence.