Page:Myrand - Noëls anciens de la Nouvelle-France, 1899.djvu/72

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
73
NOËLS ANCIENS


Robin, en ayant pitié,
A apprêté sa hotte ;
Jeanneton n’y veut entrer,
Voyant bien qu’on se moque.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

Aime mieux aller à pied
Que de courir la poste.
Tant ont fait les bons bergers
Qu’ils ont vu cette grotte.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

En l’étable il n’y avait
Ni fenêtre ni porte.
Ils sont tous entrés dedans
D’une âme très dévote.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

Là, ils ont vu le Sauveur
Dessus la chènevotte ; (paille)
Marie est auprès pleurant,
Joseph la réconforte.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

L’âne et le bœuf aspirant,
Chacun d’eux le réchauffe
Contre le grand froid cuisant,
Lequel souffle de côte.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

Les pasteurs s’agenouillant,
Un chacun d’eux l’adore,
Puis s’en vont riant, dansant
La courante et la volte.
Où est-il, le petit Nouveau-Né ?
Le verrons-nous encore ?

Prions le doux Jésus-Christ
Qu’enfin Il nous conforte,
Et notre âme, au dernier jour,
Dans les cieux Il transporte.
Où est-il, le petit Nouveau-né ? [1]
Le verrons-nous encore ?


Sous la forme d’un mortel,
C’est un Dieu qui se cache ;
Du sein du Père Éternel
Son tendre amour l’arrache ;
En victime il se livre à l’autel,
C’est un Agneau sans tache.

Faisons retentir les airs
Du son de nos musettes ;
Accordons, dans nos concerts,
Timbales et trompettes ;
Célébrons le Roi de l’univers,
Il est dans nos retraites.

Sa naissance sur ces bords
Ramène l’allégresse ;
Répondons par nos transports
À l’ardeur qui le presse ;
Secondons par de nouveaux efforts
L’excès de sa tendresse.

Nous voici près du séjour
Qu’il a pris pour asile ;
C’est ici que son amour
Nous fait un sort tranquille ;
Ce village vaut, en ce grand jour,
La plus superbe ville.

Qu’il est beau ! qu’il est charmant !
De quel éclat il brille !
Joseph passe vainement
Pour le chef de famille ;
Le vrai Père est dans le firmament.
La Mère est une fille.

Dieu naissant exauce-nous,
Dissipe nos alarmes ;
Nous tombons à tes genoux,
Nous les baignons de larmes ;
Hâte-toi de nous donner à tous
La paix et tous ses charmes.


  1. Sur ce même air : Où est-il, le petit Nouveau-Né ? Garnier, dans son recueil de Nouveaux Cantiques Spirituels, publie le délicieux noël suivant :

    Dans le calme de la nuit
    Un Sauveur vient de naître,
    Devant Lui Satan s’enfuit
    Et n’ose plus paraître ;
    Allez tous, allez Bergers, sans bruit,
    Allez Le reconnaître.

    Contemplez ce Rédempteur
    Enveloppé de langes,
    Il vous fait une faveur
    Qu’Il n’a pas faite aux Anges ;
    Allez tous, allez, pleins de ferveur,
    Publier ses louanges.