Page:Payen-Chevallier - Traité de la pomme de terre, 1826.djvu/13

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

TRAITÉ


DE


LA POMME DE TERRE.



PARAGRAPHE Ier.


Origine, historique, description du Solanum tuberosum.


Cette plante, nommée vulgairement pomme de terre en France, et potatoe en Angleterre, paraît être originaire de Virginie, l’un des États-Unis de l’Amérique. On en trouve à Valparaiso, au Chili, où elle croît avec abondance dans des ravins ; les rapports de plusieurs voyageurs portent à croire que le solanum tuberosum vient spontanément à Monte-Viedo. Cette plante arriva des régions équatoriales en Italie, s’introduisit en Allemagne, d’où elle fut transportée en Espagne, et de là en Irlande, puis dans toute l’Angleterre.

Vers la fin du 16e siècle, la pomme de terre fut importée d’Italie en France ; on la planta en Franche-Comté d’abord, puis en Bourgogne ; mais bientôt un préjugé se répandit contre ces tubercules ; on prétendit qu’ils pouvaient donner la lèpre ; leur usage fut défendu, et l’on cessa de les cultiver. La culture de la pomme de terre fut reprise quelques temps après, mais elle ne servit d’aliment qu’aux malheureux et aux bestiaux ; on lui supposait toujours quelques mauvais effets dans l’économie animale. L’article qui traite de ce tubercule, dans l’Encyclopédie, en 1766, se termine ainsi : « On reproche, avec