Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/416

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


remettant à la décision royale et cette décision intervenue, il ne pouvait que s’incliner devant elle et qu’il était décidé à commencer les travaux des édifices d’État. Ces raisons ne prévalurent pas contre les oppositions que soulevait le choix d’Ottawa comme capitale et la motion de M. Piché fut adoptée par 64 voix contre 50. À la suite de ce vote, le cabinet Mac Donald-Cartier donna sa démission.

Mais il allait être bien vengé. Le gouverneur, sir Edmund Head, s’étant adressé, suivant les règles parlementaires, à M. George Brown pour le charger de constituer un nouveau ministère, celui-ci, malgré le concours de M. A. Dorion et de quelques autres démocrates du Bas-Canada, ne put réussir à dissiper les défiances des députés bas-canadiens, et son cabinet s’effondrait, quelques jours après sa constitution, et sans avoir pu même développer son programme devant le Parlement. (Août 1858).


Plus forts de l’impuissance constatée de leurs adversaires, les conservateurs reprirent en main le timon des affaires. M. Cartier devint premier ministre, et s’associa, pour le Haut-Canada, M. John Mac Donald. La grosse difficulté, pour le ministère, venait toujours de la capitale, que les ministres ne se sentaient pas libres, après la décision de la reine, de placer ailleurs qu’à Ottawa. Un des ministres, M. Sicotte, se sépara même de ses collègues sur cette question et passa à l’opposition ; néanmoins le Cabinet parvint, après beaucoup de pourparlers, à rallier à ses vues une majorité de cinq voix. Le choix d’Ottawa fut donc maintenu