Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/42

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


visiter les colons on plutôt les trafiquants de Tadoussac et leur apporter du renfort. L’affaire marchait bien au point de vue commercial, sinon au point de vue agricole, et le brave capitaine venait de faire un troisième voyage quand il mourut en 1601.

C’est maintenant que nous allons voir Champlain entrer en scène, non plus seulement comme narrateur, mais comme acteur.

Le commandeur de Chaste, gouverneur de Dieppe, avait reçu du roi la commission devenue caduque par la mort de Chauvin. « Et d’autant que la despense estoit fort grande, il fit une société avec plusieurs gentilshommes et principaux marchands de Roüen et d’autres lieux — entre lesquels Pontgravé tenait encore un des premiers rangs. — Ce qu’estant fait ils font équiper vaisseaux tant pour l’exécution de ceste entreprise que pour descouvrir et peupler le pays[1] ». Champlain, qui s’était déjà fait connaître comme un marin distingué et comme un vaillant soldat dans la dernière campagne contre les Espagnols (1595), fut prié par M. de Chaste de prendre le commandement de l’expédition. Henri IV donna son autorisation à l’officier de sa marine et le chargea de lui rendre directement un compte fidèle du voyage.

Champlain, résolu d’examiner les lieux par lui-même avant de commencer un établissement définitif, partit pour un voyage de reconnaissance en compagnie de Pontgravé, avec qui il se lia, nous apprend-il lui--

  1. Champlain.