Page:Réveillaud - Histoire du Canada et des canadiens français, de la découverte jusqu'à nos jours, 1884.djvu/492

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


qu’un courant d’émigration, qui commença à se produire vers le temps de l’insurrection de 1838, n’a cessé, depuis lors, de projeter dans toutes les villes industrielles du nord des États-Unis. Mais cette revue risquerait de nous entraîner trop loin. Au surplus, les derniers recensements des États-Unis n’indiquant que le pays de naissance de leurs citoyens, ne permettent pas de trancher exactement la question de race ; on en peut néanmoins tirer des inductions qui autorisent à fixer approximativement à 500.000 le chiffre des Canadiens d’origine française établis actuellement sur le territoire de l’Union. D’après un document que nous empruntons à la Patrie de Montréal, ces cinq cent mille âmes se distribueraient ainsi dans les divers États : Maine, 20.000 ; New-Hampshire, 35.000 ; Vermont, 45.000 ; Massachussets, 90.000 ; Rhode-Island, 45.000 ; Connecticut, 90.000 ; New-York, 57.000 ; Wisconsin, 25.000 ; Michigan, 25.000 ; Illinois, 40.000 ; Minesota, 8.000 ; Dakota, 10.000 ; Missouri, 10.000 ; Kansas, 3.000 ; Montana, 9.000 ; autres Etats, 18.000.

    dans les comtés de Marquette, de Selkirk et de l’Extension. Leur principal centre est Saint-Boniface, en face de Winnipeg, sur la rive droite de la Rivière-Rouge.