Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


222 COMMENTAIRE.

songe pas ici aux combats guerriers. Il ne faut pas ou- blier que Corinthe était avant tout célèbre par son temple de Vénus et ses courtisanes, d*bù le proverbe : « Non licet omnibus adiré Corinthum, » que nous trouvons ainsi traduit quelques lignes plus loin : « A chafcunn’eft oultroyé entrer & habiter Corinthe. »

Page 9, 1. 12 : Belk^ non par Antiphrafe. L’opinion dont Rabelais se moque ici est celle de Priscien.

L. 20 : JJ ordonnance d’vne armée en camp. Terribilis ut castrorum acies ordinata. [Cantique des cantiques- VI, 9.)

Page 10, 1. 12 : Par la vierge qui fe rebrajfe. On ne sait pas a quoi Rabelais fait ici allusion. Burgaud des Marets a énuméré diverses suppositions des commenta- teurs, mais aucune ne parait digne d’être adoptée.

L. 18 : Aifchylus {fi à PI marche foy aiie^ in Sympo- fiacis. « Le poëte TÏfchylus compofoit fes tragîedies en beuuant, quand il eftoit bien efchaulFé du vin. » [Pro- pos de table, liv. I, question 5.)

L. 20 ; N^efcriuit à ieun. Voyez ci-dessus, p. 65, la note sur la 1. 19 de la p. 6 du t. i.

L. 21 : Que après boyre,

Narratur et prisci Catonis Sicpe mcro caluisse virtus.

( HORACEj Odes III, 21, II.)

Page II, 1. 4 : Renaud de Montaulban. Voyez Les quatre fils Aymon, ch. xxxv.

L. ao : Lapathium acutum. « La patience aiguë, » la patience à teuilles pointues, puis, par un jeu de mots, la vertu de patience. On dit encore populairement dans le même sens : « Prenez de la racine de pa- tience. » Comme lapathium se prononçait alors i^ pa- tion, cela forme encore une autre mauvaise équivoque avec la passion, et c’est ce qui amène le complément : de dieu.

L. 23 : Auoir leu. \oyez Lucien^ Contre quelqu’un qui l’avait appelé Prométhèe.