Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


25i

COMMENT AIRE.

titre de hrocarâia Juris^ et fréquemment alléguées de- vant Bridoye, lui avaient donné une haute idée du savant Brocj.rdium ou Brocadium Jurisj auquel il les attribuait, et il tenait à passer pour son élève, comme le singe de la fable voulait se faire croire ami du Pirée.

L. 8 : Perrin Dendin. Racine, qui a pris ce nom pour le donner à son juge, dans Les Plaideurs, n’a rien conservé du caractère de « l’apoincleur de procès. » On en retrouverait plutôt quelque chose dans le Juge arbitre de La Fontaine.

L. 14 : La bonne dame Pragmaticque SanBion. « Dieu ayt l’ame de maiftre lean Frigidi, & fa voifine la Pragmatique Sandlion, c’eftoient d’honneftes gens. » (Du Fail, t. II, p. 193)

Page 195, 1. i : Sed fi vnius. Cette loi n’existe pas.

L. 15 : Scepe… iter. « Souvent le fils est semblable au père, et la fille suit aisément le chemin de la mère. »

L. 21 : Excipio… monacho. « J’excepte les fils nés d’une nonne du fait d’un moine. »

L. 24 : VigiLintibus iurafubueniunt. « Aux vigilants les droits subviennent. »

L. 28 : Olfecit… pofuit. « Il a senti, c’est-à-dire : il a posé le nez au c… »

L. 30 : Qfii non laboral, non manige ducat. Le texte du proverbe devrait être /zo/2 manducat : « Qui ne travaille ne mange ; » mais Rabelais, pour amener une équi- voque, met : « manige ducat » c’est-à-dire : « ne manie ducat. »

L. dernière : Currere… egejlas. « Le besoin force la vieille à courir plus que le pas. »

Page 196, 1. 8 : Sermo… paucis. « La parole est donnée à tous, la sagesse à peu. »

L, 25 : Oportet. u II faut. » Le sens de ce dicton est qu’on doit se rendre à la i ; écessité,

L. dernière : Dulcior… ducîus. « Le fruit recueilli après de nombreux périls est plus doux. »

Page 197, 1. n : Déficiente, nia v L’argent man-