Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/270

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


262 COMMENTAIRE.

Page 216, 1. la : Fou eji prés Tau. Jeu de mots géographique. Fou est un village à trois lieues de la ville de Toul, dont au seizième siècle on ne prononçait pas 17 finale. Les plaisanteries de ce genre sont de- meurées longtemps populaires. On disait encore à Paris, dans ma jeunesse : « Je t’aime à la Folie, je te quitterai à Vaugirard. »

L. 13 : Solomon di6l. — « Stultorum numerus est in- finitus. » {Ecclèsiasu, i.)

L. 18 : Aidcenne. Voyez le prologue du v* livre, t. III, p. 5.

L. 32 : Perfums de maulioinEl. « Ruftici prouerbium peruulgatum habent : fuccofxores effe virgines, qu* ferpillum, quam quîe mofchum oient. » (Jean de la Bruière Champier, De re cibaria^ vu, 35). La traduc- tion naturelle de moschus serait benjoin,- mais comme ce mot semble signifier bien joint^ benè junctus, il est tout simple qu’un amateur de pointes y substitue maulloincî (mal joint), mj/^ junEius.

Page 219^ 1. 25 : Panurge, ho, monfieur le quitte… Ici commence un passage, rempli de jeux de mots et d’allusions, qui a tort embarrassé tous les commen- tateurs^ et que nous sommes loin d’avoir la prétention d’éclaircir complètement. Carpalim veut dire qu’en suivant ses prescriptions on aura un fallot et des lan- ternes. Il s’adresse à Panurge qu’il appelle monfieur le quitte, rappelant ainsi les plaisanteries qu’il a faites contre ceux qui ont payé leurs dettes. Cette idée le conduit à lui conseiller de prendre à Calais Millort Debitis. « Débyté Débitai, selon Burgaud des Marets, se disaient en vieil anglais, et Dcbiiis se dit encore à Guernesey pour députe : il est donc probable que ml- lori Debitis à Calais désigne le lord député de cette ville qui appartenait alors ù l’Angleterre… » Ce lord, dit Carpalim, est good fellow, bon compagnon, ce qu’il prononce à la française goud fallot, bon fallot. Debitis rappelle à Carpalim le mot dcbitoribui, qui lui est opposé dans le pater ; mais ce précepte de remettre