Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/324

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


516 COMMENTAIRE.

L. 24 : Xenophile… & Demonax.Le premier mourut à cent cinq ans (Lucien, De ceux qui ont vécu longtemps 62) ; le second, à près de cent ans (Lucien, Dèmonux. 37)

Page 9, L 5 : Petit riparographe f éclateur de Pyreicus, Pyreicus était un peintre dont Pline parle ainsi (xxxv, 37) : « Se bornant à des bas sujets, il a dans cette bas- sesse obtenu la plus grande gloire. On a de lui des boutiques de barbier et de cordonnier, des ânes, des provisions de cuisine et autres choses semblables ; ce qui le fit surnommer Rhyparographe. ».

L. 9 : Goûteurs. Il est probable qu’il y a ici un jeu de mots entre goûteux et goûteurs de vin.

Page ii, 1. 4 : Continuant… IJle fonnante. 1562 : « Ceftuy iour & les deux autres fubfequens ne leur appa- rut terre ou aultre chofe nouuelle,carautresfoisauoient erré cefte coufte. Au quatrième iour commençans tour- noyer le Pôle, nous eiloignans de i’Equinoftial nous ap- perceufme terre, & nous fut dicl par noftre Piloft que c’eftoit rifle des Triphes ; entendiime vn fon de loing venant, fréquent, & tumultueux, & nous fembloit à l’ouyr que fuffent cloches petites, grofles, médiocres enfemble Tonnantes. Comme l’on faid à Paris, Gergeau, Medon, & aultres es iours des grandes Fêlées. » Les premières lignes de ce morceau, qui a été modifié et surtout abrégé, sont transcrites assez négligemment des chapitres 11 et v du quart livre : « Ceftuy iour, & les deux fubfequens ne leurs apparut terre ne chofe aultre nouucUe. Car aultres foys auoient are cefte routte. Au quatrième » (t. Il, p. 273) «… iour ia commen- çans tournoyer le pôle peu à peu, nous elloignans de r.’Equinodial… » (t. II, p. 286). Medon désigne Meu- don^ qui n’a pas sa place dans le roman de Rabelais et qu’on était bien aise d’y faire figurer. — Dans le ma- nuscrit, où ce début est assez différent, on lit Jar- geau. au lieu de Gergeau^ et Mandes au lieu de Nantes ou Meudon. — Cette IJle sonnante semble une nouvelle édition de Vijle des Papimanes.

Page 12, 1. 30 : Pour le vin du valet. Panurge veut