Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/325

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


V LIVRE, T. III, P. 12-16. 317

dire que dans la grammaire latine, il n’y a que trois temps, et que le quatrième dont on parle doit servir de pourboire au valet.

L. 32 : Guerre & bizart. Ms. : Gare & bigarré.

L. 33 : Patience difent les ladres. « Proverbe qui fait allufîon à la patience^ autrement lapathum^ herbe que les ladres demandent & recherchent avec empreffement dans leur maladie. » (Le Duchat) Voyez ci-dessus, p. "222^ la note sur la 1. 20 de la p. 11.

Page 14, 1. i Les Slticines le/quels eftoyent ieuenus oifeaux. « Toute cette fiction de moines et de prêtres, qui de siticines étaient devenus oiseaux. est tirée du Mirabilis liber, où on lit, première partie, folio 191 : « Aues chriftianos fignificant religiofos. » (Le Motteux)

L. 6 : Albian camat. Ms. : Ahihen Camar,

L. 7 : Aeditue. Du latin œdicuus, sacristain.

L. 21 : Siticines & Sicinniftes. Chantres des funé- railles. « Nos autem in Cnpitonis Attei conjectaneis invenimus siticines appellatos, qui apud sitos canere soliti essent, hoc est vita functos et sepultos ; eosque habuisse proprium genus tubje… Quos sicinistas vulgus dicit, qui rectius locuti sunt sicinnistas. littera n ge- mina, dixerunt. Sicianium enim genus veteris salta- tionis fuit. Saltabundi autem canebant qua ; nunc stantes canunt. » (Aulu Celle, xx, 2 et 3)

Page 15, 1. i : En/ans Matrobrine. Ms : Infans de Matabrune. Voyez Le Chevalier au Cygne.

L. 2 : Hommes de Pallene.

Esse viros fama est in Hyperborea Pallene, Qui soleant levibus velari corpora plumis ; Quum Tritoniacam novies subiere paludem.

(Ovide, Métamorphoses, liv. xv, v. 356)

L. 1 1 : Comme hommes. Passavant dit à Pierre Lizet en lui parlant des Luthériens de Cenève : « ipiî loquuntur, comedunt & bibunt licut liomines. » (Théodore de Bèze, Epijîola Pajfavantii ad Petrum Li^etum^ ^553)

Page 16, 1. 6 : Ec à Pantagruel aduint… Ceci n’est