Page:Rabelais ou imitateur - Le Disciple de Pantagruel, éd. Lacroix 1875.djvu/83

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Et quand on se veult servir, il ne fault que coupper ung peu de la cosse, et lors vous trouverez les cousteaux et aultres bastons, telz que vous vouldrez, soit pour plumer du fromaige, pour chiqueter ou coupper voz habiz, voz chausses ou voz pourpoinctz, comme je voy faire souvent à ung tas de folz qui n’ont pas de pain à mettre en leurs dens ; mais telz habiz leurs sont bons pour passer leur yver.


De trois ysles où croissent les mytaines, les mouffles, les botynes, et les noms des capitaines desdictes ysles.

CHAPITRE XXV.


En icelles isles, en montant en mont contre bas, il y a troys aultres isles. En l’une habitent les mytaines, en l’aultre les mouffles, et en l’aultre les botynes. Elles ont chascunes son capitaine et duc pour les conduire et mener en bataille. Celluy des mytaines se nomme Mytouart ; et celluy des mouffles se nomme Moufflard ; et celluy des botynes se faict appeller Boytart. Ilz sont fort crains et obeys chascun en son pais. Entre icelles moufifles, je congneuz par