Page:Ronsard - Les Amours, 1553.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Dans son beau jour qui le nôtre decore.

Heureus cent fois, heureus, si le destin
N'eût emmuré d'un Fort diamantin,
Si chaste cœur dessous si belle face:

Et plus heureus, si je n'eusse arraché
Mon coeur de moi, pour l'avoir attaché
De clous de feu sus le froid de sa glace.

MVRET.

x ■

pareil i'egale. ) Il côpare fa dame au Soleil: & dit qù’il feroit heureus , ou fi fa dame n'eftoit pointMu tout fi chatte, ou fi iamais il n’euft etté efpris de l’amour d’ci le. L'autre foleil.)Ci{fAndte. Prodigue'.) Prodiguc- inentrefpandu. Dvnfirt. )i'yn rempart. Diamant • tin.) Aufsi fort que diamant.


Ces liens d'or, cette bouche vermeille,
Pleine de lis, de roses, & d'oeuillets,
Et ces couraus chastement vermeillets,
Et cette joüe à l'Aurore pareille :

Ces mains, ce col, ce front, & cette oreille,
Et de ce sein les boutons verdelets,
Et de ces yeus les astres jumelets,
Qui font trembler les ames de merveille :

Firent nicher Amour dedans mon sein,
Qui gros de germe avoit le ventre plein
D'oeufs non formés & de glaires nouvelles.

Et lui couvant (qui de mon coeur joüit
Neuf mois entiers) en un jour m'ecloüit
Mille Amoureaus chargés de traits & d'ales.