Page:Rozier - Cours d’agriculture, 1796, tome 9.djvu/409

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Racine A. Longue, ligneuse, rameuse.

Port. Tiges de trois pieds environ de hauteur, rondes, rayées, remplies de moelle, légèrement velues ; les fleurs naissent au sommet, disposées en corymbe ou bouquets arrondis ; les feuilles sont alternativement placées.

Lieu. Le long des prés, les bords des chemins ; fleurit en juillet & août. La plante est vivace.

Propriété. Les fleurs d’une odeur aromatique, médiocrement forte, d’une saveur amère. Feuilles d’une odeur aromatique forte, d’une saveur amère, & médiocrement âcre, ainsi que les semences.

Usages. Les feuilles font souvent mourir les vers ascarides, cucurbitins & lombricaux, contenus dans l’estomac & dans les intestins. Elles échauffent beaucoup, elles altèrent, produisent quelquefois des coliques, constipent, augmentent l’acreté des urines sans les rendre plus abondantes. À haute dose elles peuvent produire l’inflammation de l’estomac & des intestins. Elles sont indiquées dans la fièvre tierce, dans la fièvre quarte sans disposition inflammatoire ; dans les pâles couleurs ; dans un grand nombre d’espèces de maladies par foiblesse, causées par des humeurs séreuses ; dans la suppression du flux menstruel par impression des corps froids, avec foiblesse des forces vitales. Les fleurs moins actives que les feuilles, sont proposées pour les mêmes espèces de maladies. Les semences plus actives que les fleurs, sont particulièrement recommandées dans le météorisme sans penchant vers l’état inflammatoire, & dans les espèces de maladies produites par les vers. L’eau distillée des fleurs de tanaisie, restaure à peine les forces vitales, quoiqu’administrée à très-haute dose ; elle ne produit point les mêmes effets que les feuilles. L’huile essentielle de tanaisie échauffe considérablement, & même enflamme lorsqu’elle n’est pas unie avec beaucoup de sucre & à très-petite dose.


TARTRE DU VIN. Sel concret, acide, huileux, qui se sépare du vin à mesure que la fermentation vineuse forme l’esprit ardent ou eau-de-vie. Il se précipite au fond des vaisseaux ; le plus grossier est mélange avec la lie ; le plus pur cristallise contre les parois des tonneaux, & forme cette croûte solide qui les tapisse. Le tartre est le sel essentiel du moût ; (consultez ce mot) c’est lui qui détache de la surface intérieure des pellicules du grain du raisin, la partie colorante, qui l’avive, l’exhalte, & l’incorpore dans tout le fluide. La chair du raisin noir est blanche, & c’est avec le raisin noir qu’on fait en Champagne le vin blanc. Moins on laisse cuver, ou fermenter le raisin noir, & moins, toutes circonstances égales, il devient coloré, parce que l’acide du tartre n’a pas eu assez de temps pour compléter la dissolution de la partie colorante… Le tartre est le principe de l’acidité du vinaigre. Aux articles vin, vinaigre, nous entrerons dans de plus grands détails.


TAUPE. TAUPIÈRE. La taupe est un quadrupède trop connu pour le décrire. La taupière est un morceau de bois creusé avec une soupape,