Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


trop habile et trop organisée. Ses émissaires de tous états étoient infinis. Ils pénétroient partout, ils persuadoient partout les louanges de leur héros et leurs plus cruels artifices contre un prince qu’ils avoient bien résolu de perdre, et contre qui, après en avoir tant fait, ils ne se crurent pas en sûreté de reculer, mais dont ils n’eurent jamais la moindre envie. Maîtres déjà de la maison paternelle, comment ne l’être pas du public ? On a vu à quel point ils avoient persuadé et aliéné Monseigneur et tous les avantages qu’ils avoient pris sur le roi, malgré Mme la duchesse de Bourgogne, et Mme de Maintenon même. Outre ce qu’il lui échappoit à ses bâtards et à ses valets de trop conforme aux impressions qu’il recevoit d’eux, toujours à l’affût de lui en donner des plus sinistres, il s’étonna aigrement plus d’une fois en public, parmi ces crises, de ce que la bataille ne se donnoit point, et après, de ce que les retranchements n’étoient pas encore attaqués. Le rare est que, dans toute sa cour, ce n’étoit presque jamais qu’à Vaudemont qu’il adressoit la parole sur la Flandre, et que, si quelqu’un à ces portées-là, même des princes du sang, hasardoit de mêler quelque mot dans la conversation, cela tomboit aussitôt, le roi le plus ordinairement, n’y répondant point, et Vaudemont toujours tenant le dé et le sachant manier à merveilles. La cabale triompha donc si pleinement partout, qu’il fut vrai que ce qu’elle osa à Audenarde ne fut que des coups d’essai et que c’en fut ici de maîtres. Non seulement le public de tous états étoit enlevé, non seulement la mode et le bon air étoient gagnés, mais le rapide progrès fut tel qu’il emporta les politiques, et qu’il est vrai exactement de dire qu’il n’y avoit pas sûreté à paroître le moins du monde pour Mgr le duc de Bourgogne dans sa maison paternelle, et que tout ce qui y exaltoit à ses dépens le duc de Vendôme étoit sûr de plaire au roi et à Monseigneur. De là on peut juger quel put être le déchaînement et la licence, jusque-là que le roi, n’osant aussi trouver publiquement mauvais que