Page:Saint-Simon - Mémoires, Chéruel, Hachette, 1856, octavo, tome 6.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


avec une piété ardente. Les frayeurs de la mort qui, toute sa vie, l’avoient si continuellement troublée, se dissipèrent subitement et ne l’inquiétèrent plus. Elle remercia Dieu en présence de tout le monde de ce qu’il permettoit qu’elle mourût dans un lieu où elle étoit éloignée des enfants de son péché, et n’en parla durant sa maladie que cette seule fois. Elle ne s’occupa plus que de l’éternité, quelque espérance de guérison dont on la voulût flatter, et de l’état d’une pécheresse dont la crainte étoit tempérée par une sage confiance en la miséricorde de Dieu, sans regrets et uniquement attentive à lui rendre son sacrifice plus agréable, avec une douceur et une paix qui accompagna toutes ses actions.

D’Antin, à qui on avoit envoyé un courrier, arriva comme elle approchoit de sa fin. Elle le regarda et lui dit seulement qu’il la voyoit dans un état bien différent de celui où il l’avoit vue à Bellegarde. Dès qu’elle fut expirée, peu d’heures après l’arrivée de d’Antin, il partit pour Paris, ayant donné ses ordres, qui furent étranges ou étrangement exécutés. Ce corps, autrefois si parfoit, devint la proie de la maladresse et de l’ignorance du chirurgien de la femme de Le Gendre, intendant de Montauban, qui étoit venu prendre les eaux, et qui mourut bientôt après, elle-même. Les obsèques furent à la discrétion des moindres valets, tout le reste de la maison ayant subitement déserté. La maréchale de Cœuvres se retira sur-le-champ à l’abbaye de Saint-Menou, à quelques lieues de Bourbon, dont une nièce du P. La Chaise étoit abbesse, avec quelques-unes de la compagnie de Mme de Montespan, les autres ailleurs. Le corps demeura longtemps sur la porte de la maison, tandis que les chanoines de la Sainte-Chapelle et les prêtres de la paroisse disputoient de leur rang jusqu’à plus que de l’indécence, Il fut mis en dépôt dans la paroisse comme y eût pu être celui de la moindre bourgeoise du lieu, et longtemps après porté à Poitiers dans le tombeau de sa maison à elle, avec une parcimonie