Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/101

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


d’un pan de sa robe, ce n’est que cataractes de feu, déluge de pierres, écrasant l’armée des ennemis du doux Clotaire (D).

— Et voilà comment le Tout-Puissant vous récompense d’avoir tué vos neveux à coups de couteau.

— Le docte Symphorien a raison… D’après ceci, m’est avis qu’il faudrait toujours avoir dans une troupe de Vagres sagement ordonnée… quelque parricide ou fratricide, en considération de quoi l’Éternel prendrait ces bons compagnons sous sa robe, et ferait, au besoin, tomber du ciel, sur leurs ennemis, des torrents de feu et des cataractes de pierres.

— Et remarquez surtout, — reprit Symphorien, — que dans le récit de ce miracle, il est dit que c’est le grand Saint-Martin lui-même qui, habitant le paradis, a prié le Seigneur de donner cette preuve de bonne amitié au doux Clotaire ; or, Saint-Martin n’intercédait ainsi auprès de l’Éternel qu’à la fervente prière de la vieille reine Clotilde (E).

— Quoi ! la grand’mère des deux pauvres petites victimes ? — dit Odille en joignant les mains. — Elle a osé prier Dieu de faire un miracle en faveur de son fils, le meurtrier de ses petits-fils, à elle ?

— Que veux-tu, petite Odille ? ces femmes franques sont si bonnes mères !

— Mon Vagre, — reprit l’évêchesse avec un sourire amer en passant ses doigts effilés dans la chevelure bouclée du jeune homme, — dis ? ne vaut-il pas mieux partir demain à l’aube pour aller revivre ailleurs, que de rester dans cet épouvantable monde où nous sommes ?

— Oui, horrible… horrible est ce monde… — s’écria l’ermite laboureur avec une douleur et une indignation profondes. — Quoi ! le nom de ce prétendu Dieu de miséricorde, d’amour et de justice… profané, souillé chaque jour par ses prêtres… Quoi ! ces forfaits dont s’épouvante la nature, mis sous la protection divine !… Ô Jésus ! Jésus de Nazareth ! toi, le plus divin des sages ! tu prévoyais la vanité