Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/102

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de ton céleste Évangile, quand, l’âme attristée jusqu’à la mort, dans ta veillée suprême, tu pleurais sur le prochain avenir du monde… Jésus !… Jésus !… des siècles se passeront avant que ton jour soit venu !…

— Prends garde, notre ami ! — dit Ronan, — ne parle pas si haut… ce saint homme d’évêque, qui dort là-bas, gorgé de vin et de viande, pourrait t’excommunier, s’il t’entendait… Mais au diable la tristesse !… nous sommes en un temps de damnations… vivons en damnés !… Évêques et rois donnent le branle, saint est le meurtre ! saint est le pillage !… Debout, mes Vagres ! debout… vous, trois fois saints ! !… que nos saturnales couvrent la vieille Gaule… que cette terre de nos pères soit le tombeau des Franks et le nôtre… Les ruines de nos cités désertes diront aux siècles futurs : « Ci gît un grand peuple !… Libre, il fut l’orgueil de l’univers… Esclave des rois conquérants, hébêté par les évêques, il eut honte de sa honte… et un jour il sut disparaître du monde en entraînant ses tyrans dans l’abîme ! » Or donc, mourons gaiement et longuement… Debout, Vagres et Vagredines ! le festin est fini… la lune brillante… chantons, dansons jusqu’au jour… qu’à nos chants endiablés le Frank tremble dans son burg ! l’évêque tremble dans sa basilique ! et qu’ils se disent épouvantés : « Malheur à nous ! malheur à nous demain ! car cette nuit ils sont bien gais en Vagrerie ! »

Et Vagres et Vagredines, criant, chantant, hurlant, commencèrent une folle ronde sur la pelouse de la forêt aux pâles clartés de la lune…

L’ermite laboureur avait écouté en silence l’entretien des Vagres ; assis à côté de la petite Odille, il semblait la couvrir d’une protection paternelle… L’enfant, son menton dans sa main, les yeux levés vers la lune brillante, paraissait étrangère à ce qui se passait autour d’elle. Lorsque Ronan, à la fin du repas, eut donné à ses compagnons le signal des chants et de la danse, ils s’étaient éloignés en tumulte du lieu du festin pour courir se livrer à leur gaieté bachique et à leur