Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 4.djvu/250

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


« — Le vœu de notre aïeul Joel, en demandant à ceux de sa descendance d’ajouter tour à tour à notre légende l’histoire de leur vie, a été de perpétuer d’âge en âge dans notre famille l’amour de la Gaule et la haine de la domination étrangère. Nos aïeux, jusqu’ici, ont raconté leurs aventures sous forme de mémoires ; moi, j’ai agi différemment ; mais la même pensée patriotique qui inspirait nos aïeux m’a inspiré ; tous les faits cités par moi sont vrais, et les scènes auxquelles je n’ai pas assisté m’ont été racontées par des gens qui ont été acteurs dans ces événements. Il en a été ainsi, entre autres faits, de l’entrevue secrète de Neroweg et de Chram au burg du comte, dans la chambre des trésors. Chram rapporta cet entretien à Spatachair, l’un de ses favoris ; un esclave entendit ce récit ; et plus tard, après l’incendie du burg, cet esclave s’étant joint à nous pour courir la Vagrerie jusqu’en Bourgogne, c’est de lui que j’ai tenu ces détails. Peu importe donc la forme de ces légendes, pourvu que le fond soit vrai ; il nous faut, avant tout, donner à notre descendance un tableau très-réel des temps où chacune de nos générations a vécu et vivra, le tout dit avec sincérité. Ces enseignements, transmis de siècle en siècle à notre race, rempliront ainsi le vœu suprême de notre aïeul Joel. »

Moi, Kervan, je dis comme mon neveu Ronan le Vagre : Peu importe la forme de ces récits, pourvu qu’ils reproduisent fidèlement les temps où nous vivons. Je compléterai donc, ainsi qu’il suit, et jusqu’à aujourd’hui, l’histoire de mon frère Karadeuk et de ses deux fils, Ronan et Loysik.