Page:Sue - Les Mystères du peuple, tome 9.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Maurice du Quesnay, prêtre professeur en théologie ; — Guillaume Lebouchier, prêtre docteur en droit canon ; — Guillaume de Conti, abbé de la Trinité du mont Sainte-Catherine ; — Bonnel, abbé de Cormeilles ; — Jean Garin, archidiacre du Vexin français ; — Richard de Gronchet, chanoine de la collégiale de la Saussaye ; — Pierre Minier, prêtre bachelier en théologie ; — Raoul Sauvage, de l’ordre de Saint-Dominique ; — Robert Barbier, chanoine de Rouen ; — Denis Gastinel, chanoine de Notre-Dame-la-Ronde ; — Jean Ledoux, chanoine de Rouen ; — Jean Basset, chanoine de Rouen ; — Jean Bruillot, chanoine de la cathédrale de Rouen ; — Aubert Morel, chanoine de Rouen ; — Jean Colombelle, chanoine de Rouen ; — Laurent Dubust, prêtre licencié en droit canon ; — Raoul Auguy, chanoine de Rouen ; — André Marguery, archidiacre du Petit-Caux ; — Jean Alespée, chanoine de Rouen ; — Geoffroy de Crotay, chanoine de Rouen ; — Gilles des Champs, chanoine de Rouen ; — Jean Lemaître, vicaire et inquisiteur de la foi ; enfin, Nicolas Loyseleur, chanoine de Rouen, qui cache complètement, et pour cause, son visage sous sa cagoule. — Les greffiers, Thomas de Courcelles, Manchon, Taquel et Boisguillaume, sont à leur table, prêts à minuter le procès ; le chanoine Pierre d’Estivet, promoteur, est à son siège ; les membres du tribunal ecclésiastique viennent de prendre place.

l’évêque pierre cauchon, se levant. — Mes très-chers frères, Pierre d’Estivet, promoteur de la cause, va exposer brièvement notre requête. (Il se rasseoit.)

le chanoine pierre d’estivet se lève, prend sur sa table un parchemin et lit. — « Nous, Pierre Cauchon, évêque de Beauvais par la miséricorde divine, métropolitain de la ville et du diocèse de Rouen, nous vous avons convoqués, mes très-chers frères, au nom du vénérable et révérendissime chapitre de la cathédrale, pour examiner et juger les faits ci-après expliqués.


» À l’auteur, au consommateur de la foi, Notre-Seigneur Jésus-Christ, salut !