Page:Variétés Tome IV.djvu/48

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

des Gresles, vicomte de Tremblay, baron de Poylen, capitaine des Paniers Vendangez, grand colonnel des Vents de Bize, viel caporal de Frepaut, seigneur de Frepillon6, commandeur des Escervelez, grand goulpharin de Grève, prevost de la cour de Miracle et premier messaire de nostre case prochaine ;

À tous nos falotissimes et mirelifiques abbez, amis et confederez, gaudichonnement fanfruchés, continuels millions de saluts7, vieux, s’ils estoient d’or ils vaudroient mieux, pris sur notre espargne, au four de Vanves.

Sçavoir faisons que pour le bon amour et zèle que tous portent à nos brocgardissimes et croustelevez cousins, tous bons pilliers de tavernes, champgaillardiers8, fins galliers9, francs lipeurs, escumeurs de marmites, vendeurs de triacle10, gueux de


lais (liv. 2, chap. 27) et ceux que Villon nous montre ainsi en enfer, dans son Grand Testament :

Pions y feront mate chere,
Oui boyvent pourpoinct et chemise,
Puis que boyture y est si chere.

5. Il faut sans doute lire popinateur (buveur).

6. Dans les rues Phelypeaux, ou Frepaux, et Frepillon se vendoient les vieux meubles et les vieilles hardes. V. notre édition des Caquets de l’accouchée, p. 255, et notre tome 3, p. 78.

7. Le salut étoit une monnoie d’or avec une image de la Vierge recevant la salutation angélique. V. notre tome 2, p. 191.

8. Coureurs des mauvais lieux dont étoit remplie la rue du Champgaillard. V. notre tome 3, p. 44.

9. Coureurs de galas, hommes de joyeuse humeur.

10. Vendeurs de thériaque, la grande panacée du moyen