Page:Variétés Tome X.djvu/329

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Choses horribles contenues en une lettre envoyée à Henry de Valois. VI, 201.

Christine (La reine). VIII, 273, 274, 275.

Cinq-Mars. VII, 340 ; VIII, 119 et suiv.

Clarence (le duc). X, 281.

Clément (Jacques). X, 56, 60, 72.

Cochon mitré (Le). VI, 209.

Nous allons compléter par quelques mots ce que nous avons dit sur l’auteur prétendu de ce pamplet. L’auteur de la Bastille dévoilée, avons-nous dit (VI, 210), prétend qu’il s’appeloit La Bretonnière, tandis que Le Duchat lui donne le nom de Chavigny ; or, il se nommoit tout à la fois Chavigny et La Bretonnière : l’un étoit son nom et l’autre son surnom. Quant à sa captivité de vingt ans au Mont Saint-Michel, elle est certaine. Sa mort est d’une date encore douteuse, mais antérieure à 1698, ce qui détruit l’attribution qu’on lui a faite du Cochon mitré. Quand parut en effet ce libelle? En 1688. Un homme mort en 1698, après vingt ans de captivité, et qui par conséquent étoit déjà prisonnier depuis dix ans quand on le publia, ne peut donc pas l’avoir fait. Quoi qu’il en soit, comme La Bretonnière, auteur ou non de notre pamphlet, est intéressant, voici à l’appui de ce que je viens de dire une très-curieuse note de l’intendant Foucault, sous la date de 1698 : « Le roi ayant fait mettre au Mont Saint-Michel le nommé Chavigny, dit La Bretonnière, qui faisoit le Lardon de Hollande, je l’ai fait tirer d’une cage de bois, où on l’avoit enfermé. Il est mort dans cette abbaye, où il a été vingt ans. » (Mém. du marq. de Sourches, 1836, in-8, t. I, p. 10). — L’auteur de la Bastille dévoilée dit que La Bretonnière fut livré par un juif. Nous avons trouvé la confirmation de ce détail et le nom du