Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 7.djvu/223

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


moyen âge est traitée comme une orfèvrerie colossale, et nous avons trouvé des rapports frappants entre ces deux arts, sinon quant aux moyens d’attache, du moins quant aux formes admises. L’or et les couleurs appliquées remplaçaient les émaux. On a fait encore de belle plomberie pendant le XVIe siècle, bien que les moyens d’attache, de recouvrement, fussent alors moins étudiés et soignés que pendant les siècles précédents. La flèche de la cathédrale d’Amiens, en partie recouverte en plomb au commencement du XVIe siècle, en partie réparée au XVIIe, permet d’apprécier la décadence de cet art pendant l’espace d’un siècle.

Les plomberies du château de Versailles et du dôme des Invalides se recommandent plutôt par le poids que par le soin apporté dans l’exécution ; tandis que les plomberies, malheureusement rares, qui nous restent des XIIIe, XIVe et XVe siècles, sont remarquables par leur légèreté relative et par une exécution très-soignée. Il suffit, pour s’en convaincre, de voir les anciennes plomberies de l’église de Notre-Dame de Châlons-sur-Marne, de la cathédrale de Reims, de celle d’Amiens, de l’hôtel de Jacques Cœur, de l’Hôtel-Dieu de Beaune, de la cathédrale de Rouen, de celle d’Évreux[1], les nombreux fragments épars sur plusieurs monuments ou hôtels. Il existait encore avant la fin du dernier siècle beaucoup d’édifices du moyen âge qui avaient conservé leurs couvertures de plomb. Ces plomberies ont été enlevées par mesure générale. Il ne faut donc pas s’étonner si nous n’en trouvons aujourd’hui qu’un petit nombre d’exemples. Constatons toutefois que c’est grâce aux études, si fort attaquées, des arts du moyen âge, qu’on a pu de nos jours faire revivre une des plus belles industries du bâtiment.

POINÇON, s. m. Pièce de charpente verticale qui reçoit les extrémités supérieures des arbalétriers d’une ferme ou les arêtiers d’un pavillon et d’une flèche. (Voy. Charpente, Flèche.)

POITRAIL, s. m. Pièce de bois d’un fort équarrissage posée horizontalement sur des piles ou des poteaux, et portant une façade de maison. (Voy. Maison, Boutique, Pan de bois.)

PONT, s. m. (punz, ponz). Nous diviserons cet article en plusieurs parties : il y a les ponts de pierre ou de bois fixes, les ponts torneïs (mobiles), les ponts levis et les ponts de bateaux, flottants, de charrettes.

Les Romains ont été grands constructeurs de ponts, soit de pierre, soit de charpenterie, et dans les Gaules on se servit longtemps des ponts qu’ils avaient établis sur les rivières.

Grégoire de Tours rapporte que le roi Gontran « envoya une ambassade

  1. Les plomberies de la flèche de la cathédrale d’Évreux ont été très-maladroitement restaurées à diverses époques ; on ne découvre au milieu de ces reprises que des fragments, exécutés d’ailleurs avec finesse.