Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/253

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ministre en Espagne son précepteur le cardinal Adrien, que depuis il fit pape ; et le cardinal Granvelle gouverna ensuite la Flandre. Le cardinal Martinusius fut maître en Hongrie sous Ferdinand, frère de Charles-Quint.

Si tant d’ecclésiastiques ont régi des États tous militaires, ce n’est pas seulement parce que les rois se fiaient plus aisément à un prêtre, qu’ils ne craignaient point, qu’à un général d’armée, qu’ils redoutaient ; c’est encore parce que ces hommes d’église étaient souvent plus instruits, plus propres aux affaires, que les généraux et les courtisans.

Ce ne fut que dans ce siècle que les cardinaux, sujets des rois, commencèrent à prendre le pas sur les chanceliers. Ils le disputaient aux électeurs, et le cédaient en France et en Angleterre aux chanceliers de ces royaumes ; et c’est encore une des contradictions que les usages de l’orgueil avaient introduites dans la république chrétienne. Les registres du parlement d’Angleterre font foi que le chancelier Warham précéda le cardinal Wolsey jusqu’à l’année 1516.

Le terme de majesté commençait à être affecté par les rois[1]. Leurs rangs étaient réglés à Rome. L’empereur avait sans contredit les premiers honneurs. Après lui venait le roi de France sans aucune concurrence ; la Castille, l’Aragon, le Portugal, la Sicile, alternaient avec l’Angleterre ; puis venaient l’Écosse, la Hongrie, la Navarre, Chypre, la Bohême, et la Pologne. Le Danemark et la Suède étaient les derniers. Ces préséances causèrent depuis de violents démêlés. Presque tous les rois ont voulu être égaux ; mais aucun n’a jamais contesté le premier rang aux empereurs ; ils l’ont conservé en perdant leur puissance.

Tous les usages de la vie civile différaient des nôtres ; le pourpoint et le petit manteau étaient devenus l’habit de toutes les cours. Les hommes de robe portaient partout la robe longue et étroite ; les marchands, une petite robe qui descendait à la moitié des jambes.

Il n’y avait sous François Ier que deux coches dans Paris, l’un pour la reine, l’autre pour Diane de Poitiers : hommes et femmes allaient à cheval.

Les richesses étaient tellement augmentées que Henri VIII, roi d’Angleterre, promit en 1519 une dot de trois cent trente-trois mille écus d’or à sa fille Marie, qui devait épouser le fils aîné de François Ier : on n’en avait jamais donné une si forte,

  1. Voyez chapitre xciv.