Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/444

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

vail des mains[1] : l’esprit d’une nation réside toujours dans le petit nombre, qui fait travailler le grand, est nourri par lui, et le gouverne. Certainement cet esprit de la nation chinoise est le plus ancien monument de la raison qui soit sur la terre.

Ce gouvernement, quelque beau qu’il fût, était nécessairement infecté de grands abus attachés à la condition humaine, et surtout à un vaste empire. Le plus grand de ces abus, qui n’a été corrigé que dans ces derniers temps, était la coutume des pauvres d’exposer leurs enfants, dans l’espérance qu’ils seraient recueillis par les riches : il périssait ainsi beaucoup de sujets ; l’extrême population empêchait le gouvernement de prévenir ces pertes. On regardait les hommes comme les fruits des arbres, dont on laisse périr sans regret une partie quand il en reste suffisamment pour la nourriture. Les conquérants tartares auraient pu fournir la subsistance à ces enfants abandonnés, et en faire des colonies qui auraient peuplé les déserts de la Tartarie, Ils n’y songèrent pas ; et dans notre Occident, où nous avions un besoin plus pressant de réparer l’espèce humaine, nous n’avions pas encore remédié au même mal, quoiqu’il nous fût plus préjudiciable. Londres n’a d’hôpitaux pour les enfants trouvés que depuis quelques années. Il faut bien des siècles pour que la société humaine se perfectionne.

__________


CHAPITRE CLVI.


Des Tartares.


Si les Chinois, deux fois subjugués, la première par Gengis-kan au XIIIe siècle[2], et la seconde dans le XVIIe ont toujours été le

  1. C’est une suite naturelle de l’inégalité que les mauvaises lois mettent entre les fortunes, et de cette quantité d’hommes que le culte religieux, une jurisprudence compliquée, un système fiscal absurde et tyrannique, l’agiotage, et la manie des grandes armées, obligent le peuple d’entretenir aux dépens de son travail. Il n’y a de populace ni à Genève, ni dans la principauté de Neuchâtel. Il y en a beaucoup moins en Hollande et en Angleterre qu’en France, moins dans les pays protestants que dans les pays catholiques. Dans tout pays qui aura de bonnes lois, le peuple même aura le temps de s’instruire, et d’acquérir le petit nombre d’idées dont il a besoin pour se conduire par la raison. (K.)
  2. Voyez chapitre lx.