Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome15.djvu/330

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


chacun trois mille cinq cent guinées. Le reste fut partagé entre les associés, après avoir été porté en triomphe, de Bristol à Londres, sur quarante-trois chariots. La plus grande partie de cet argent fut prêtée au roi même, qui en fit une rente aux propriétaires. Cette seule prise valait au delà d’une année de revenu de la Flandre entière. On peut juger si de telles aventures encourageaient les Anglais à aller en course, et relevaient les espérances d’une partie de la nation, qui envisageait dans les calamités publiques des avantages si prodigieux.


CHAPITRE XXVIII.

LOUISBOURG. COMBATS DE MER : PRISES IMMENSES QUE FONT LES ANGLAIS.


Une autre entreprise, commencée plus tard que celle de l’amiral Anson, montre bien de quoi est capable une nation commerçante à la fois et guerrière. Je veux parler du siège de Louisbourg ; ce ne fut point une opération du cabinet des ministres de Londres, ce fut le fruit de la hardiesse des marchands de la Nouvelle-Angleterre. Cette colonie, l’une des plus florissantes de la nation anglaise, est éloignée d’environ quatre-vingts lieues de l’île de Louisbourg ou du cap Breton, île alors importante pour les Français, située vers l’embouchure du fleuve Saint-Laurent, la clef de leurs possessions dans le nord de l’Amérique. Ce territoire avait été confirmé à la France par la paix d’Utrecht. La pêche de la morue, qui se fait dans ces parages, était l’objet d’un commerce utile qui employait par an plus de cinq cents petits vaisseaux de Bayonne, de Saint-Jean-de-Luz, du Havre-de-Grâce, et d’autres villes ; on en rapportait au moins trois mille tonneaux d’huile, nécessaires pour les manufactures de toute espèce. C’était une école de matelots ; et ce commerce, joint à celui de la morue, faisait travailler dix mille hommes et circuler dix millions.

Un négociant nommé Vaugan propose à ses concitoyens de la Nouvelle-Angleterre de lever des troupes pour assiéger Louisbourg. On reçoit cette idée avec acclamation. On fait une loterie,