Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


cette commission hardie. Le Grand Seigneur va tous les vendredis à la mosquée, entouré de ses solaks, espèce de gardes dont les turbans sont ornés de plumes si hautes qu’elles dérobent le sultan à la vue du peuple. Quand on a quelque placet à présenter au Grand Seigneur, on tache de se mêler parmi ces gardes, et on lève en haut le placet. Quelquefois le sultan daigne le prendre lui-même ; mais le plus souvent il ordonne à un aga de s’en charger, et se fait ensuite représenter les placets au sortir de la mosquée. Il n’est pas à craindre qu’on ose l’importuner de mémoires inutiles, et de placets sur des bagatelles, puisqu’on écrit moins à Constantinople en toute une année qu’à Paris en un seul jour. On se hasarde encore moins à présenter des mémoires contre les ministres, à qui, pour l’ordinaire, le sultan les renvoie sans les lire. Poniatowski n’avait que cette voie pour faire passer jusqu’au Grand Seigneur les plaintes du roi de Suède. Il dressa un mémoire accablant contre le grand vizir. M. de Fériol, alors ambassadeur de France[1], et qui m’a conté le fait, fit traduire le mémoire en turc. On donna quelque argent à un Grec pour le présenter. Ce Grec, s’étant mêlé parmi les gardes du Grand Seigneur, leva le papier si haut, si longtemps, et fit tant de bruit, que le sultan l’aperçut, et prit lui-même le mémoire.

On se servit plusieurs fois de ce moyen pour présenter au sultan des mémoires contre ses vizirs : un Suédois, nommé Leloing, en donna encore un autre bientôt après. Charles XII, dans l’empire des Turcs, était réduit à employer les ressources d’un sujet opprimé[2].

Quelques jours après, le sultan envoya au roi de Suède, pour toute réponse à ses plaintes, vingt-cinq chevaux arabes, dont l’un, qui avait porté Sa Hautesse, était couvert d’une selle et d’une housse enrichie de pierreries, avec des étriers d’or massif. Ce présent fut accompagné d’une lettre obligeante, mais conçue en termes généraux, et qui faisait soupçonner que le ministre n’avait rien fait que du consentement du sultan. Chourlouli, qui savait dissimuler, envoya aussi cinq chevaux très-rares au roi. Charles dit fièrement à celui qui les amenait : « Retournez vers votre maître, et dites-lui que je ne reçois point de présents de mes ennemis. »

M. Poniatowski, ayant déjà osé faire présenter un mémoire

  1. Père de d’Argental et de Pont-de-Vesle.
  2. Alinéa postérieur aux premières éditions.