Différences entre les versions de « Page:Condorcet - Œuvres, Didot, 1847, volume 4.djvu/157 »

Aller à la navigation Aller à la recherche
aucun résumé de modification
(→‎Page non corrigée : Page créée avec « <nowiki /> {{tiret2|volup-|tueuses}} on plaisantes qui amusent l’imagination, ou réveillent la gaieté, prit un caractère plus philosophique, et devint, comme l’apol... »)
 
Contenu (par transclusion) :Contenu (par transclusion) :
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
<nowiki />
 
<nowiki />
{{tiret2|volup-|tueuses}} on plaisantes qui amusent l’imagination, ou réveillent la gaieté, prit un caractère plus philosophique, et devint, comme l’apologue, une école de morale et de raison ; des épîtres où, si on les compare à ses premiers ouvrages, l’on trouve moins de
+
{{tiret2|volup-|tueuses}} ou plaisantes qui amusent l’imagination, ou réveillent la gaieté, prit un caractère plus philosophique, et devint, comme l’apologue, une école de morale et de raison ; des épîtres où, si on les compare à ses premiers ouvrages, l’on trouve moins de
 
correction, un ton moins soutenu et une poésie
 
correction, un ton moins soutenu et une poésie
 
moins brillante, mais aussi plus de simplicité et de
 
moins brillante, mais aussi plus de simplicité et de

Menu de navigation