Le Koran (Traduction de Kazimirski)/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 319-324).

CHAPITRE XXIX.

L’ARAIGNÉE[1].


Donné à la Mecque. — 69 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. Élif. Lam. Min.[2]. Les hommes s’imaginent-ils qu’on les laissera tranquilles pour peu qu’ils disent : Nous croyons ; et qu’on ne les mettra pas à l’épreuve ?
  2. Nous avons mis à l’épreuve ceux qui les ont précédés, et certes Dieu connaît parfaitement ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.
  3. Ceux qui commettent des iniquités pensent-ils qu’ils nous gagneront de vitesse et échapperont au châtiment ? Qu’ils jugent mal !
  4. Le terme fixé viendra pour ceux qui espèrent comparaître un jour devant Dieu. Il sait et entend tout.
  5. Quiconque fait des efforts, les fait pour son propre avantage ; car Dieu peut se passer de tout le monde.
  6. Nous effacerons les péchés de ceux qui auront cru et pratiqué les bonnes œuvres, et nous les rétribuerons selon leurs plus belles actions.
  7. Nous avons recommandé à l’homme de tenir une belle conduite à l’égard de ses père.et mère. S’ils t’engagent à m’associer ces êtres dont tu ne sais rien[3], ne leur obéis pas. Vous reviendrez tous devant moi, et alors je vous réciterai ce que vous avez fait.
  8. Nous placerons au nombre des justes ceux qui auront cru et fait le bien.
  9. Il est des hommes qui disent : Nous croyons ; et quand ils éprouvent quelques souffrances pour la cause de Dieu, ils mettent la persécution des hommes à l’égal du châtiment de Dieu. Que Dieu fasse sentir son appui, ils disent : Nous étions avec vous ; mais Dieu connaît mieux que personne ce que renferment les cœurs des hommes.
  10. Dieu connaît les croyants ; il connaît aussi les hypocrites.
  11. Les incrédules disent aux croyants : Suivez notre chemin, et nous porterons vos péchés. Ils ne sauront supporter quoi que ce soit de leurs péchés, mais ils mentent.
  12. Ils porteront leurs propres fardeaux, et d’autres encore que les leurs. Au jour de la résurrection, on leur demandera compte de leurs inventions mensongères.
  13. Nous envoyâmes Noé vers son peuple, il demeura au milieu d’eux mille ans moins cinquante. Le déluge les surprit plongés dans leurs iniquités.
  14. Nous le sauvâmes et ceux qui étaient avec lui dans le vaisseau ; nous en avons fait un signe pour les hommes.
  15. Nous envoyâmes ensuite Abraham. Il dit à son peuple-Adorez Dieu et craignez-le. Ceci vous sera plus avantageux, si vous avez quelque intelligence.
  16. Vous adorez des idoles à côté de Dieu, et vous commettez un mensonge ; car les dieux que vous adorez à côté du Dieu unique ne sauraient vous procurer votre nourriture du jour. Demandez-la plutôt à Dieu, adorez-le et rendez-lui des actions de grâces ; vous retournerez à lui.
  17. S’ils te traitent de menteur, les peuples qui ont vécu avant vous ont agi de la même manière. L’apôtre n’est tenu qu’à la prédication ouverte.
  18. N’ont-ils pas considéré comment Dieu produit la création, et comment ensuite il la fera rentrer en lui-même ? Cela est facile à Dieu.
  19. Dis : Parcourez la terre et considérez comment Dieu a produit les êtres créés. Il les fera renaître par une seconde création ; car il est tout-puissant.
  20. Il punit celui qu’il veut, et exerce sa miséricorde envers celui qu’il veut. Vous retournerez à lui.
  21. Vous ne pourrez affaiblir sa puissance ni dans le ciel ni sur la terre. Vous n’avez ni patron ni protecteur, hormis Dieu.
  22. Ceux qui ne croient point aux signes de Dieu et à la comparution devant lui désespèrent de sa miséricorde. Un supplice douloureux leur est réservé.
  23. Et quelle a été la réponse du peuple à Abraham ? Les uns disaient aux autres : Tuez-le ou brûlez-le vif. Dieu l’a sauvé du feu. Certes, il y a dans ceci des signes pour ceux qui croient.
  24. Vous avez pris à côté de Dieu des idoles pour l’objet de votre culte, par l’amour de ce monde, qui existe chez vous ; mais au jour de la résurrection une partie de vous reniera l’autre, les uns maudiront les autres ; le feu sera votre demeure, et vous n’aurez aucun protecteur.
  25. Loth crut à Abraham, et dit : Je quitte les miens, et je me réfugie vers le Seigneur ; il est puissant et sage.
  26. Nous donnâmes à Abraham Isaac et Jacob ; nous établîmes dans sa postérité la prophétie et le Livre ; nous lui accordâmes une récompense dans ce monde, et il est du nombre des justes dans l’autre.
  27. Nous envoyâmes aussi Loth. Il dit à son peuple : Vous commettez une turpitude qu’aucun peuple du monde ne commettait avant vous.
  28. Aurez-vous commerce avec les hommes ? les attaquerez-vous sur les grands chemins ? commettrez-vous des iniquités dans vos assemblées ? Et quelle a été la réponse de ce peuple ? Ils disaient : Si tu es véridique, attire sur nous le châtiment de Dieu.
  29. — Seigneur, s’écria Loth, viens à mon secours contre le peuple méchant.
  30. Lorsque nos envoyés, porteurs d’une heureuse nouvelle, vinrent trouver Abraham, ils dirent : Nous allons anéantir les habitants de cette ville ; car les habitants de cette ville sont des impies.
  31. — Loth est parmi eux, dit Abraham. — Nous savons, reprirent-ils, qui est parmi eux. Nous le sauverons ainsi que sa famille, à l’exception toutefois de sa femme, qui restera en arrière.
  32. Lorsque nos envoyés vinrent chez Loth, il fut affligé à cause d’eux, et son bras fut impuissant pour les protéger. Ils lui dirent : Ne crains rien, et ne t’afflige pas. Nous te sauverons ainsi que ta famille, à l’exception de ta femme, qui restera en arrière.
  33. Nous ferons descendre du ciel un châtiment sur les habitants de cette ville pour prix de leurs crimes.
  34. Nous n’en avons laissé que ce qui servira de signe évident (d’exemple frappant) pour les hommes doués d’intelligence.
  35. Nous envoyâmes vers les Madianites leur frère Choaïb, qui leur dit : O mon peuple ! adorez Dieu et attendez-vous à l’arrivée du jour dernier, et ne marchez point sur la terre pour y commettre des excès.
  36. Mais ils le traitèrent d’imposteur : une commotion violente les surprit ; le lendemain on les trouva gisants morts dans leurs demeures.
  37. Nous anéantîmes Ad et Thémoud. Vous le voyez clairement aux débris de leurs demeures. Satan avait embelli leurs actions à leurs yeux et les avait éloignés de la droite voie. Ils étaient pourtant doués de pénétration.
  38. Et nous fîmes périr Karoun [4] et Pharaon, et Haman [5], et cependant Moïse avait paru au milieu d’eux avec des preuves évidentes de sa mission. Ils se croyaient puissants sur la terre, mais ils n’ont pas pu nous gagner de vitesse et échapper au châtiment.
  39. Tous furent châtiés de leurs péchés : contre tel d’entre eux nous envoyâmes un vent lançant des pierres ; tel d’entre eux fut saisi soudais par un cri terrible de l’ange Gabriel ; nous ordonnâmes à la terre d’engloutir les uns, et nous noyâmes les autres. Ce n’est pas Dieu qui a voulu les traiter avec iniquité, ce sont eux-mêmes, qui sont iniques envers eux-mêmes.
  40. Ceux qui cherchent des protecteurs en dehors de Dieu ressemblent à l’ARAIGNÉE qui se construit une demeure ; y a-t-il une demeure plus frêle que la demeure de l’araignée ? S’ils le savaient !
  41. Dieu connaît tout ce qu’ils invoquent dans leurs prières, en dehors de lui. Il est le Puissant, le Sage.
  42. Voilà les paraboles que nous proposons aux hommes, mais les hommes sensés seuls les entendent.
  43. Dieu a créé les cieux et la terre en toute vérité. Il y a dans ceci un signe d’instruction pour ceux qui croient.
  44. Récite donc les portions du livre qui ont été révélées ; acquitte-toi de la prière, car la prière préserve des turpitudes, des actions blâmables. Se souvenir de Dieu est un devoir grave[6]. Dieu connaît vos actions.
  45. N’engagez des controverses avec les hommes des Écritures que de la manière la plus honnête, à moins que ce ne soient des hommes méchants. Dites : Nous croyons aux livres qui nous ont été envoyés, ainsi qu’à ceux qui vous ont été envoyés. Notre Dieu et le vôtre est le même[7], et nous nous résignons entièrement a sa volonté.
  46. C’est ainsi que nous t’avons envoyé le Livre. Ceux à qui nous avons donné les Écritures y croient, beaucoup d’entre les Arabes y croient, et il n’y a que les infidèles qui nient nos signes.
  47. Il y eut un temps où tu n’avais aucun livre divin à réciter, où tu n’aurais su tracer une seule ligne de ta main droite. Oh ! alors, ceux qui nient la vérité pouvaient douter.
  48. Oui, le Koran est un recueil de signes évidents dans les cœurs de ceux qui ont reçu la science : il n’y a que les méchants qui nient nos signes.
  49. ils disent : Si au moins des miracles lui étaient accordés de la part de son Seigneur, nous croirions. Réponds-leur : Les miracles sont au pouvoir de Dieu, et moi je ne suis qu’un envoyé chargé d’avertir ouvertement.
  50. Ne leur suffit-il pas que nous t’ayons envoyé le livre dont tu leur récites les versets ! Certes il y a dans ceci une preuve de la miséricorde de Dieu et un avertissement pour tous les hommes qui croient.
  51. Dis-leur : Il suffit que Dieu soit témoin entre moi et vous.
  52. Il connaît tout ce qui est dans les cieux et sur la terre. Ceux qui croient en ce qui est faux[8] et ne croient point en Dieu, ceux-là sont les malheureux.
  53. Ils te demanderont de hâter le supplice. Si un terme immuable n’avait pas été fixé précédemment, ce supplice les aurait déjà atteints soudain, quand ils s’y attendaient le moins.
  54. Ils te demanderont de hâter le supplice. Déjà la géhenne enveloppe les infidèles.
  55. Un jour le supplice les enveloppera par-dessus leurs têtes et par-dessous leurs pieds. Dieu leur criera alors : Goûtez le fruit de vos œuvres.
  56. O mes serviteurs ! la terre est vaste[9], et c’est moi que vous devez adorer.
  57. Toute âme goûtera la mort, ensuite vous reviendrez tous à moi.
  58. Nous donnerons à ceux qui auront cru et pratiqué les bonnes œuvres, des palais, des jardins arrosés par des cours d’eau. Ils y demeureront éternellement. Qu’elle est belle la récompense de ceux qui font le bien[10] !
  59. Qui supportent les peines avec patience, et mettent leur confiance en Dieu !
  60. Que de créatures dans le monde qui ne prennent aucun soin de leur nourriture ! C’est Dieu qui les nourrit comme il vous nourrit, lui qui entend et voit tout.
  61. Si tu leur demandes qui est celui qui a créé les cieux et la terre, ils te répondront : C’est Dieu. Pourquoi donc mentent-ils en adorant d’autres divinités ?
  62. Dieu répand à pleines mains les dons sur celui d’entre ses serviteurs qu’il lui plaît, ou bien il les départit en une certaine mesure. Dieu connaît toutes choses.
  63. Si tu leur demandes : Qui est-ce qui fait descendre l’eau du ciel, qui en ranime la terre naguère morte ? Ils te répondront : C’est Dieu. Dis : Louanges soient donc rendues à Dieu ! Mais la plupart d’entre eux n’entendent rien.
  64. La vie de ce monde n’est qu’un passe-temps et un jeu ; mais la demeure de l’autre monde, c’est la véritable vie ! Ah ! s’ils le savaient !
  65. Montés dans un vaisseau, ils invoquent le nom de Dieu, lui vouant un culte pur et sincère ; mais, quand il les a rendus sains et saufs à la terre ferme, les voilà qui lui associent d’autres dieux.
  66. Qu’ils ne croient point aux livres révélés et jouissent des biens de ce monde, un jour ils apprendront la vérité.
  67. Ne voient-ils pas comment nous avons établi la sécurité dans l’enceinte sacrée (de la Mecque), pendant que tout autour on attaque et on dépouille ? Croiront-ils aux mensonges, et méconnaîtront-ils les bienfaits de Dieu ?
  68. Eh ! qui est plus méchant que celui qui invente des propos sur le compte de Dieu, ou traite la vérité d’imposture ? N’est-ce pas dans la géhenne que sera le séjour des infidèles ?
  69. Nous dirigerons dans nos sentiers tous ceux qui feront des efforts dans notre cause ; et certes Dieu est avec ceux qui font le bien.
  1. Ce chapitre prend son titre du mot araignée, qui se trouve dans le verset 40.
  2. Voy ; II, 1
  3. Les divinités sur le culte desquelles lu n’as reçu aucune révélation qui t’autorise à les adorer.
  4. Voy. sur Karoun le chap. LXXVIII, vers. 76.
  5. Voy. chap. XXVIII, 5.
  6. Se souvenir de Dieu, penser à Dieu, rappeler le nom de Dieu, sont des expressions équivalentes à prier Dieu, faire la prière.
  7. Ceci peut se traduire également : notre Dieu et le vôtre sont un.
  8. C’est-à-dire : les divinités des idolâtres.
  9. Le sens de ce mot est : si l’on vous défend de m’adorer dans un pays, quittez-le pour un autre.
  10. Mot à mot : de ceux qui agissent, c’est-à-dire qui font des œuvres (sous-entendu bonnes).