Le Koran (Traduction de Kazimirski)/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Librairie Charpentier (p. 485-487).

CHAPITRE LXXIV.

COUVERT DE SON MANTEAU[1].


Donné à la Mecque. — 55 versets.


Au nom du Dieu clément et miséricordieux


  1. O toi qui es COUVERT D’UN MANTEAU !
  2. Lève toi et avertis les hommes.
  3. Ton Seigneur, glorifie-le.
  4. Tes vêtements, entretiens-les proprement.
  5. Et l’abomination[2], fuis-la.
  6. Ne donne pas pour amasser[3].
  7. Attends avec patience ton Seigneur.
  8. Lorsqu’un souffle fera sonner la trompette,
  9. Ce jour-là sera un jour difficile,
  10. Un jour pénible pour les infidèles.
  11. Laisse-moi seul avec l’homme que j’ai créé[4].
  12. Je lui ai accordé des richesses infinies,
  13. Et des fils florissant sous ses yeux.
  14. Je lui ai aplani tout,
  15. Et le voilà qui désire que j’accroisse tous ces biens.
  16. Point du tout, car il s’est endurci en présence de nos miracles.
  17. Je le forcerai à gravir une montée pénible.
  18. Il a médité et disposé tout pour combattre le Koran.
  19. Qu’il soit tué comme il avait tout disposé.
  20. Encore une fois, qu’il soit tué comme il avait tout disposé[5].
  21. Il a porté ses regards autour de lui.
  22. Puis il a froncé le sourcil et pris un air sombre.
  23. Il s’est détourné de la vérité, et s’est enflé d’orgueil,
  24. Et il a dit : Le Koran n’est qu’une sorcellerie d’emprunt.
  25. Ce n’est que la parole d’un homme.
  26. - Nous le ferons chauffer au feu du sakar.
  27. Qu’est-ce qui fera connaitre le sakar (le feu de l’enfer).
  28. Il ne laisse rien qu’il ne consume, et ne laisse rien intact, rien échapper.
  29. Il brûle la chair de l’homme.
  30. Au-dessus se tiennent dix-neuf anges.
  31. Nous n’avons établi pour gardiens du feu que les anges[6] ; nous n’avons énoncé leur nombre que pour en faire un sujet de tentation (d’épreuve) pour les infidèles[7] ; un sujet de tentation (pour les mettre à l’épreuve), pour que les hommes des Écritures croient à la vérité du Koran, et que la foi des croyants en soit accrue,
  32. Et que les hommes des Écritures et les croyants n’en doutent pas ;
  33. Afin que ceux dont le cœur est atteint d’une maladie, et les infidèles, disent : Que veut dire Dieu par cette parabole ?
  34. Il en est ainsi. Dieu égare ceux qu’il veut, et dirige ceux qu’il veut. Nul autre que lui ne connaît le nombre de ses armées. Ce n’est qu’un avertissement pour les hommes.
  35. Oui, et j’en jure par la lune,
  36. Et par la nuit quand elle se retire,
  37. Et par la matinée quand elle se colore,
  38. Que l’enfer est une des choses les plus graves,
  39. Que c’est un avertissement pour les hommes,
  40. Pour ceux d’entre vous qui marchent en avant, comme pour ceux qui restent en arrière[8].
  41. Toute âme répond de ses œuvres[9] ; mais les hommes de la droite
  42. Entreront dans les jardins et s’interrogeront au sujet des coupables. Ils les interrogeront aussi eux-mêmes, en disant :
  43. Qui vous a conduits dans le sakar (l’enfer) ?
  44. Ils répondront : Nous n’avons jamais fait la prière.
  45. Nous n’avons jamais nourri le pauvre.
  46. Nous passions notre temps à des discours frivoles avec ceux qui en débitaient.
  47. Nous regardions le jour de la rétribution comme un mensonge,
  48. Jusqu’au moment ou nous en acquîmes la certitude.
  49. L’intercession des intercesseurs ne leur servira de rien.
  50. Pourquoi fuyaient-ils l’avertissement,
  51. Comme des ânes épouvantés fuient devant un lion ?
  52. Chacun d’entre eux voudrait qu’il lui arrivât de Dieu un édit spécial.
  53. Il n’en sera pas ainsi ; mais ils ne craignent pas la vie future.
  54. Il n’en sera pas ainsi. Le Koran est un avertissement ; quiconque veut est averti.
  55. Ceux que Dieu voudra écouteront seuls ses avertissements. Dieu mérite qu’on le craigne. Il aime à pardonner.

  1. Le mot elmoddeththir, qui sert de titre à ce chapitre, signifie à peu prés la même chose que elmozzammil du chapitre précédent, qui s’enveloppe de son manteau. Ces deux chapitres sont regardés comme les premiers de la révélation. Selon la tradition, Mahomet racontait ceci : « Un jour je me trouvais à Hera et j’entendis une voix qui m’appelait ; je regardais à droite et à gauche, et je ne voyais personne ; je levai les yeux en haut et je l’aperçus sur le trône entre le ciel et la terre (c’était l’ange Gabriel) ; j’eus peur, je rentrai auprès de Khadidja (ma femme), et je lui dis : Enveloppez-moi de mon manteau. C’est alors que l’ange Gabriel descendit de nouveau et m’appela. « O toi qui es enveloppé de ton manteau. »
  2. Par l’abomination, on doit entendre le culte des idoles.
  3. Ne fais pas des dons, des largesses intéressées ou des actes de dévotion avec l’intention d’être payé par Dieu avec usure.
  4. On croit que Mahomet parle ici de Walid ben Moghaïra, personne de marque parmi les idolâtres.
  5. Ces mots sont ici des exclamation.
  6. Car les anges, étant d’une autre nature que les hommes, sont inaccessibles à tout sentiment de pitié.
  7. Ce verset et les suivants signifient : Dieu a des serviteurs, des anges innombrables : mais ce nombre de dix-neuf n’a été énonce que pour provoquer les incrédules au persiflage.
  8. C’est-à-dire, ceux qui croient et ceux qui ne croient pas.
  9. Mot à mot : Est un otage de ses œuvres.