Le Tiers Livre/12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Comment Pantagruel explore par sors Virgilianes, quel sera le mariage de Panurge.

Chapitre XII.



Adoncques ouvrant Panurge le livre, rencontra on ranc sezieme ce vers.

Nec Deus hunc mensa, Dea nec dignata cubili est.
Digne ne feut d’estre en table du Dieu,
Et n’eut on lict de la Déesse lieu.

Cestuy (dist Pantagruel) n’est à vostre adventaige. Il denote que vostre femme sera ribaulde, vous coqu par consequent. La Déesse que aurez favorable, est Minerve vierge tresredoubtée, Déesse puissante, fouldroiante, ennemie des coquz, des muguetz, des adultères : ennemie des femmes lubricques, non tenentes la foy promise à leurs mariz, & à aultruy soy abandonnantes. Le Dieu est Iuppiter tonnant, & fouldroyant des cieulx. Et noterez par la doctrine des anciens Ethrusques, que les manubies (ainsi appeloient ilz les iectz des fouldres Vulcanicques) competent à elles seuleseulement : exemple de ce feut donné en la conflagration des navires de Aiax Oileus, & à Iuppiter son père capital. A aultres dieux Olympicques n’est licite fouldroier. Pourtant ne sont ilz tant redoubtez des humains. Plus vous diray. & le prendrez comme extraict de haulte mythologie. Quand les Geantz entreprindrent guerre contre les Dieux : les Dieux au commencement se mocquèrent de telz ennemis, & disoient qu’il n’y en avoit pas pour leurs pages. Mais quand ilz veirent par le labeur des Geantz le mons Pelion possé dessus le mont Osse, & ià esbranlé le mons Olympe pour estre mis au dessus des deux, feurent tous effrayez. Adoncques tint Iuppiter chapitre general. Là feut conclud de tous les Dieux, qu’ilz se mettroient vertueusement en defence. Et pource qu’ilz avoient plusieurs foys veu les batailles perdues par l’empeschement des femmes qui estoient parmy les armées, feut decreté, que pour l’heure on chasseroit des cieulx en Ægypte & vers les confins du Nil, toute ceste vessaille des Déesses desguisées en Beletes, Fouines, Ratepenades, Museraignes, & aultres Metamorphoses. Seule Minerve feut de retenue pour fouldroier avecques Iuppiter, comme Déesse des lettres & de guerre, de conseil & execution : Déesse née armée, Déesse redoubtée on ciel, en l’air, en la mer, & en terre.

Ventre guoy (dist Panurge) seroys ie bien Vulcan, duquel parle le poëte ? Non. Ie ne suys ne boiteux, ne faulx monnoieur, ne forgeron, comme il estoit. Par adventure ma feme sera aussi belle & advenente comme sa Venus : mais non ribaulde comme elle : ne moy coqu comme luy. Le villain iambe torte se feist declairer coqu par arrest & en veute figure de tous les Dieux. Pource entendez au rebours. Ce sort denote que ma femme sera preude, pudicque, & loyalle, non mie armée, rebousse, ne ecervelée & extraicte de cervelle, comme Pallas : & ne me sera corrival ce beau Iuppin, & ià ne saulsaulsera son pain en ma souppe, quand ensemble serions à table. Considerez ses gestes & beaulx faictz. Il a esté le plus fort ruffien, & plus infame cor, ie diz Bordelier, qui oncques feut : paillard tousiours comme un verrat : aussi feut il nourry par une Truie en Dicte de Candie, si Agathocles Babylonien ne ment : & plus boucquin que n’est un Boucq : aussi disent les autres, qu’il feut alaicté d’une chèvre Amalthée. Vertus de Acheron, il belina pour un iour la tierce partie du monde, bestes & gens, fleuves, & montaignes : ce feut Europe. Pour cestuy belinaige les Ammoniens le faisoient protraire en figure de belier belinant, belier cornu. Mais ie sçay comment guarder se fault de ce cornart. Croyez qu’il n’aura trouvé un sot Amphitrion, un niais Argus avecques ses cent bezicles : un couart Acrisius, un lanternier Lycus de Thebes, un resveur Agenor, un Asope phlegmaticq, un Lychaon patepelue, un modourre Corytus de la Toscane, un Atlas à la grande eschine. Il pourroit cent & cent foys se transformer en Cycne, en Taureau, en Satyre, en Or, en Coqu, comme feist quand il depucella Iuno sa sœur : en Aigle, en Belier, en Pigeon, comme feist estant amoureux de la pucelle Phtie, laquelle demouroit en Ægie : en Feu, en Serpent, voire certes en Pusse, en Atomes Epicureicques, ou magistronostralement en secondes intentions. Ie vous grupperay au cruc. Et sçavez que luy feray ? Cor bieu, ce que feist Saturne au Ciel son père. Senecque l’a de moy predict, & Lactance confirmé. Ce que Rhea feist à Athys. Ie vous luy coupperay les couillons tout rasibus du cul. Il ne s’en fauldra un pelet. Par ceste raison ne fera il iamais Pape, car testiculos non habet. Tout beau, fillol (dist Pantagruel) tout beau. Ouvrez pour la seconde foys. Lors rencontra ce vers.

Membra quatit, gelidusque coït sormidine sanguis.
Les os luy rompt, & les membres luy casse,
Dont de la paour le sang on corps luy glasse.

Il denote (dist Pantagruel) qu’elle vous battera dos & ventre. Au rebours (repondist Panurge) C’est de moy qu’il prognosticque, & dict, que ie la batteray en Tigre si elle me fasche. Martin baston en fera l’office. En faulte de baston, le Diable me mange, si ie ne la mangeroys toute vive : comme la sienne mangea Cambles roy des Lydiens. Vous estez (dist Pantagruel) bien couraigeux. Hercules ne vous combatteroit en ceste fureur : mais c’est ce que l’on dict, que le Ian en vault deux. & Hercules seul n’auza contre deux combattre. Ie suis Ian ? dist Panurge. Rien, rien, repondist Pantagruel. Ie pensois au ieu de l’ourche & tricquerac.

Au tiers coup rencontra ce vers.

Fæmino prædæ et spoliorum ardebat amore.
Brusloit d’ardeur en feminin usaige
De butiner, & robber le baguaige.

Il denote (dist Pantagruel) qu’elle vous desrobera. Et ie vous voy bien en poinct, scelon ces troys sors. Vous serez coqu, vous serez batu, vous serez desrobé. Au rebours, (repondist Panurge) ce vers denote, qu’elle m’aymera d’amour perfaict. Oncques n’en mentit le Satyricque, quand il dist : que femme bruslant d’amour supreme, prent quelquefoys plaisir à desrobber son amy. Sçavez quoy ? Un guand, une aiguillette, pour la faire chercher. Peu de chose, rien d’importance. Pareillement ces petites noisettes, ces riottes qui par certain temps sourdent entre les amans, sont nouveaulx refraischissemens, & aiguillons d’amour. Comme nous voyons par exemple les coustelleurs leurs coz quelque foys marteler, pour mieulx aiguiser les ferferremens. C’est pourquoy ie prens ces troys sors à mon grand advantaige. Aultrement i’en appelle. Appeller (dist Pantagruel) iamais on ne peult des iugemens decidez par Sort & Fortune, comme attestent nos antiques Iurisconsultes : & le dict Balde. L. vlt. C. de leg. La raison est : pource que Fortune ne recongnoist poinct de superieur, auquel d’elle & de ses sors on puisse appeller. Et ne peult en ce cas le mineur estre en son entier restitué, comme apertement il dict in L. Ait prætor. §. vlt. ff. de minor.