Les Éphémères (Alexandre Latil)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Alfred Moret.

 
Pourquoi faut-il, dans un siècle de gloire,
Mes vers et moi, que nous mourions obscurs !…
Que demander à qui n’eut point de maître ?
Du malheur seul les leçons m’ont formé,
Et ces épis que mon printems voit naître
Sont ceux d’un champ où ne fut rien semé.

BÉRANGER

TABLE


DES PIÈCES CONTENUES DANS CE VOLUME.

Préface 
 7
À mes Souscripteurs 
 17
Éphémère 
Première. — Aux Littérateurs du pays 
 23
— 
Deuxième. — Le Talent et l’Envie 
 29
— 
 37
— 
Quatrième. — Amour et Douleur 
 43
— 
Cinquième. — Déception et Tristesse 
 51
— 
Sixième. — Ode à Béranger 
 59
— 
Septième. — Mosaïque — À une amie 
 67
— 
 71
— 
Neuvième. — À Mlle. Adèle *** 
 77
— 
 81
— 
 85
— 
Douzième. — À Corinne 
 95
 99
— 
 105
— 
Quinzième. — Le Départ, Élégie 
 109
— 
Seizième. — Réponse à M. Guirot 
 127
— 
Dix-septième. — Prière. — À Elle 
 133
— 
Dix-huitième. — Mélancolie, stances élégiaques 
 137
— 
Dix-neuvième. — Au Dr. P. A. Lambert 
 145
— 
Vingtième. — À Mlle. V. C. sur les charmes de la solitude 
 151
— 
Vingt-unième. — À Barthélemy 
 159
— 
Vingt-deuxième. — À mon grand-père 
 173
— 
Vingt-troisième. — Le Poète souffrant 
 179
— 
Vingt-quatrième. — À mon père et à ma mère 
 185