Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 13.djvu/876

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


REDIRE, v. act. (Gram.) dire une seconde ou plusieurs fois, ou d’après soi-même, ou d’après un autre. Accordons au-moins au malheureux la consolation de redire leurs peines. Nous n’écoutons souvent que pour redire. On ne trouve rien à redire à vos amusemens, à vos ouvrages, à votre conduite ; ici il est synonyme à reprendre.

REDISTRIBUER, v. act. (Gram.) distribuer derechef. Voyez Redistribution, Distribuer & Distribution.

REDISTRIBUTION, en Jurisprudence, d’instance ou procès, est une nouvelle distribution qui s’en fait à un conseiller au lieu & place d’un autre, qui avoit été nommé rapporteur.

Ces redistributions ont lieu en plusieurs cas ; savoir, quand le rapporteur est recusé justement, ou qu’il se déporte lui-même du rapport, soit pour prévenir une récusation, ou pour cause de maladie, ou autre empêchement : elles ont aussi lieu lorsque pendant la poursuite du procès le rapporteur se démet de sa charge, ou qu’il vient à décéder.

Pour faire ordonner une redistribution, la partie qui veut aller en avant fait remettre le procès au greffe par le secrétaire de celui qui étoit rapporteur ; il présente ensuite un placet au président, lequel ordonne la redistribution à un autre rapporteur.

Quand la redistribution est faite, le procureur de la partie qui l’a obtenue le fait signifier au procureur de l’autre partie. Voyez Distribution, Instance, Procès, Rapporteur. (A)

REDITE, s. f. (Gram.) répétition de ce qu’on a dit. C’est un des caracteres de la passion d’user de redites. La musique, à qui les redites sont essentielles, ne devroit mettre en chant que les discours des hommes passionnés. Il faut éviter les redites dans le discours ou écrit ou parlé.

REDNITZ, (Géogr. mod.) riviere d’Allemagne, en Franconie. Elle a sa source dans l’évêché d’Aichstet, proche de Weissenbourg ; c’est après avoir baigné la ville de Bamberg qu’elle va se perdre dans le Mein.

REDOIELLE, voyez Roitelet.

REDOLDESCO ou REDOUDESCO, (Géogr. mod.) petite ville d’Italie, dans le Mantouan, sur le Tartaro, entre Mariana au nord, & Marcaria vers le midi. (D. J.)

REDON, (Géog. mod.) ville de France, dans la basse Bretagne, au diocese de Vannes, sur la Villaine, à 10 lieues au levant de Vannes. Elle doit son origine à une abbaye de l’ordre de S. Benoît, qui y fut fondée sous le regne de Louis le Débonnaire, & elle existe encore. Redon est l’étape de toutes les marchandises qui vont à Rennes, & qu’on y conduit dans des bateaux. Longitude 15. 36. latitude 47. 38.

Redon, terme de Tanneur, est une plante qui se trouve en plusieurs endroits de la France, mais principalement en Gascogne.

Quand cette herbe est seche & reduite en poudre, on s’en sert quelquefois au lieu de tan pour passer les peaux de mouton en basane ou mesquis.

Les Tanneurs de Gascogne s’en servent aussi pour donner aux cuirs de veaux & de vache ce qu’ils appellent la premiere nourriture.

En Russie, où cette plante est très-commune, on l’emploie aussi pour préparer les peaux de vache, appellée communément vaches de Russie.

RÉDONDANCE, s. f. (Gram. & art orat.) vice ou défaut qui consiste à multiplier mal-à-propos les paroles. Voyez Pléonasme.

Les termes parfaitement synonymes doivent être retranchés d’un discours, si l’on veut y éviter la rédondance qui rend le style foible & languissant.

M. Despréaux a bien dépeint ce défaut, & moins


encore pour les mots que pour le fond des choses, dans ces vers.

Un auteur quelquefois trop plein de son objet,
Jamais, sans l’épuiser, n’abandonne un sujet ;
S’il rencontre un palais, il m’en dépeint la face :
Il me promene après de terrasse en terrasse :
Ici s’offre un perron, là regne un corridor,
Là ce balcon s’enferme en un balustre d’or :
Il compte les plafonds, les ronds & les ovales,
Ce ne sont que festons, ce ne sont qu’astragales.
Je saute vingt feuillets pour en trouver la fin,
Et je me sauve à peine au travers du jardin.

Ce mot rédondance est plus latin que françois ; & nous ne pouvons le rendre en françois que par ceux de superfluité ou abondance stérile.

REDONDANT, adj. (Géom.) hyperboles redondantes, le nom que M. Newton a donné dans son enumeratio linearum tertii ordinis à une espece de courbes du troisieme ordre, qui ayant trois asymptotes droites, en ont par conséquent une de plus que l’hyperbole conique on apollonienne. Voyez Courbe & Asymptote. (O)

REDONDE ou ROTONDE, (Géog.) petite île angloise située par les 16 degrés 54 minutes dans la partie septentrionale des îles Antilles entre Nieves & Montserate ; le milieu de cette île est occupé par une grosse montagne ronde en forme de dôme qui lui a fait donner le nom qu’elle porte ; du reste ce lieu est médiocre, & n’a rien qui le distingue.

REDONDELA, (Géog. mod.) petite ville d’Espagne dans la Galice, au fond d’un petit golphe, à 6 lieues de Pontevedra. Il n’y a dans cette ville qu’une paroisse, un couvent de cordeliers, & un de filles. On pêche sur la côte beaucoup d’anchois. Long. 9. 18. latit. 42. 7. (D. J.)

REDONDO, (Géog. mod.) ville de Portugal, dans la province de Béira, à l’embouchure du Mondego, à 6 lieues au sud-ouest de Coîmbre. Elle sut fondée l’an 1312. Ses environs sont fertiles en blé & en gibier. Long. 9. 34. latit. 39. 53′.

REDONNÉ, voyez Redonner.

Redonné aux chiens, terme de Chasse, c’est lorsqu’on a requetté un cerf pour le relancer.

Redonner se dit aussi des oiseaux qui se remettent de nouveau à la poursuite du gibier qui se reguinde en l’air.

REDONNER, v. act. (Gram.) donner une seconde fois. Voyez l’article Donner.

REDORER, v. act. (Gram.) c’est remettre en or ou en dorure. Voyez l’article Dorer.

REDORTE, s. f. (terme de Blason.) ce mot se dit d’une branche de frêne & autres arbres, retortillée en anneau les uns sur les autres. Il y a dans le blason des redortes feuillues, & d’autres sans feuilles. (D. J.)

REDOUBLÉ, adj. en Musique, intervalle redoublé est tout intervalle simple porté à son octave. Ainsi la treizieme composée d’une sixte & de l’octave, est une sixte redoublée, & la quinzieme qui est une octave ajoutée à l’octave, est une octave redoublée ; quand au lieu d’une octave, on en ajoute deux, l’intervalle est triplé ; quadruplé, quand on ajoute trois octaves.

Pour trouver le simple d’un intervalle redoublé quelconque, rejettez sept autant de fois que vous le pourrez, du nom de l’intervalle redoublé, & le reste sera le nom de l’intervalle simple. De treize rejettez sept, il reste six, par conséquent la treizieme est une sixte redoublée. De quinze ôtez deux fois sept ou quatorze, il reste un, par conséquent la quinzieme est un unisson triplé ou une octave redoublée.

Réciproquement pour redoubler un intervalle simple quelconque, ajoutez-y sept, & vous aurez le