Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/232

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


224 COMMENTAIRE.

Page 17, 1. 4 : Demouore^ Ed. de 1546 : Aeu.&êcpiv C’est Achille qui nomme Agamemnon : A-rt[j.(iêo’po ; paatXEÙ ; . {Iliade. I. 231.)

L. 17 : Ainfi Ofirls. Voyez Plutarque, Isis et Osiris.

L. 24 : Hefiode en fa Hiérarchie. « C’est la Théogonie où Hésiode traite de la généalogie des dieux, » dit Bur- gaud des xMarets ; mais, en réalité, le passage auquel Rabelais fait allusion se trouve dans Les Travaux et les jours y V. 124.

Page 18, 1. 11 ; P<2rCiVé’/-ci/2.« Athenensiumquereno- vavi vêtus exemplum, Graecum etiam verbum usur- pavi, quo tum in sedandis discordiis erat usa civitas illa. » (Philippiqae^ i., i)

L. 22 : Le noble poète Maro.

…\’iclorque volcntes Pcr populos dat jura.

(Gcorgiques, iv, 561)

L. 25 : Homère en fon Iliade. Voyez i, 375, et m,

2}6.

Page 19, 1. 7 : Les chofes mal acquifes^ mal deperif- fent. « Ut est apud poetam ncscio quem : maie parta maie dilabuntur. » (Cicéron, Phiîippiques^ 11, 27.)

L, 13 : Le tiers hoir ne iouira. De maie quitfitis non gaudet tertius hsres.

Page 20, 1. 9 : Royaulx. « Ici nous voyons paraître, pour la première fois, des royaux ou francs à pied, belle monnaie d’or qui datait de Charles v et a fini avec Charles vu ; elle vaudrait 13 à 14 francs, et des seraph ou séraphins, monnaie d’or appelée en Égypte Scherafi et en Perse Scherefi. Elle représentait à peu près le besant. (V. Recueil des monnaies, par Salzade). » (Cartier, Numismatique.^ p. 346)

Page 21, 1. i : Mignonnes gualoif es. y oyez ci-àcii^u& p. 217, note sur la 1. 16 de la p. 381.

L. 2 : Prenent argent d’auance. Voyez Molière, VA- vare. 11, i.