Page:Rabelais marty-laveaux 04.djvu/247

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


TIERS LIVRE, T. Il, P. 102-II0. 239

L. 14 : On fécond liure de diuination. Cicéron y blâme en ces termes (ch. 40) ce genre d’observations : « qua ; si suscipiamus… etsternutamenta erunt observanda. »

Page 103, 1. 29 : Da iurandi. Yoy^z ci-dessus, p. 167, la note sur la 1. 30 de la p. 231.

Page 104, 1. 13 : Tout vray à tout vray confone. Traduction de cet axiome scolastique :

Omne verum omni vero consonat.

Page 105, 1.9 : Mouuons toute pierre. C’est la transcription du proverbe latin : « Omnem movere lapi- dera, » que Pline le Jeune, dans une de ses lettres (l, 20J, cite sous sa forme grecque : « reâvra denique XîOovxivû. ))

Page 106, i. 2 : Ô ^à -jEfwv cîouX/.ià. « Le vieillard prophétise comme une sibylle. » {Chevaliers^ i, i, 61)

L. 17 : De Ifaac^ de I.icob. — Genèfe^ 27, 28 et 29.

L. 17 : De Patroclus entiers Hector^ de Heclor entiers Achïiles. — Iliade, 11, 843, et x, 355.

L. 18 : De Polyneflor. — Euripide, Héctihe. v, 1270.

L. 19 : Du Rhodien célébré par Pojîdonius. « Divinarc autem morientes, etiam illo exemplo confirmât Posi- donius quo affert Rhodium quemdam morieutem sex œquales nominasse, et dixisse qui primus eorum^ qui secundus,quideinde deinceps moriturus esset. » (Cicé- ron, De Divinatione, i, 30)

L. 20 : De Calantis Iiidian. — Plutarque, Vie d’Ale- xandre, LXX.

L. 21 : De Orodes. — Virgile, Enéide, x, 139.

Page 107, 1. 27 : Prenei la, ne la prene^ pas. Ce ron- deau est de Guillaume Crétin ; on le trouve avec quel- ques variantes dans ses œuvres. Ce qui a fait penser à la plupart des commentateurs de Rabelais que Rami- nagrobis n’est autre que Guillaume Crétin.

Page iio, I. 23 : Ce que le diray, adtiiendra, ou ne aduiendra poincl. C’est à Ulysse queTirésias parle ainsi :

. . quidquid dicam, aut erit, aut non.

(Horace, Satires, ii, v, 60)