Page:Rousseau - Collection complète des œuvres t2.djvu/602

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Elle badine son amant sur le serment qu’il a fait de ne plus boire de vin, lui pardonne, & le releve de son vœu. 163
Let. LIII. de Julie. La noce de Fanchon, qui devoir se faire à Clarens, se fer» à la ville, ce qui déconcerte les projet! de Julie & de son amant. Julie lui propose un rendez-vous nocturne, au risque d’y périr tous deux. 167
Let. LIV, à Julie. L’amant de Julie dans le cabinet de sa maîtresse. S«s transports en l’attendant. 170
Let. LV, à Julie. Sentiments d’amour, chez l’amant de Julie, plns paisibles mais plus affectueux & plus multipliés après qu’avant la jouissance. 172
Let. LVI, de Claire à Julie. Démêlé de l’amant de Julie avec mylord Edouard. Julie en est l’occasion. Duel proposé. Claire, qui apprend cette aventure à sa cousine, lui conseille d’écarter son amant pour préveuir tqnt soupçon. Elle ajoute qu’il fant commencer par vuider l’affaire de mylord Edouard, & par quels motifs. 175
Let. LVII, de Julie. Raisons de Julie pour dissuader son amant de se battre avec mylord Edouard, fondées principalement sur le soin qu’il doit prendre de la répntation de son amante, sur la notion de l’honneur réel & de la véritable valeur. 178
Let. LVIII, de Julie à mylord Edouard. Elle lui avoue qu’elle a un amant maître de son cœur et de sa personne. Elle en fait l’éloge, & jure qu’elle ne lui survivra pas. 191
Let. LIX, de M. d’Orbe à Julie. Il lui rend compte de la réponse de mylord Edouard après la lecture de sa lettre. 193
Let. LX, à Julie. Réparation de mylord Edouard. Jusqu’à quel point il porte l’humanité & la générosité. 194
Let. LXI, de Julie. Ses sentiments de rcconnoissance pour mylord Edouard 200
Let. LXII. de Claire à Julie. Milord Edonard propose au pere de Julie de la marier avec son maître d’études, dont il Tante le mérite. Le pere est révolté de cette proposition. Réflexions de inylord Edonard sur la noblesse. Claire informe sa consine de l’éclat que l’affaire de son amant a fait par la ville, & la coujure