Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 8.djvu/401

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Chapitre XVI. Vie exemplaire et vertus de Philippe III, p. 40-42.
Chapitre XVII. À la suite de dissentiments entre le comte d’Armagnac et Girard, châtelain de Cazaubon, ce dernier tue le frère du comte d’Armagnac. Attaqué ensuite par le comte d’Armagnac et par le comte de Foix, il se met en la garde du roi de France. Malgré cela, son château ayant été détruit, Philippe III vient mettre le siège devant le château de Foix. Soumission du comte de Foix qui est enfermé à Carcassonne. Après une année, le roi lui rend sa liberté et ses biens et l’arme chevalier, p. 42-46.
Chapitre XVIII. Rodolphe de Habsbourg est couronné empereur d’Allemagne. Henri, roi de Navarre, épouse la sœur du comte d’Artois, et le comte d’Alençon la fille du comte de Blois. Entrevue à Lyon de Philippe III et du pape Grégoire X. Concile de Lyon, p. 46-49.
Chapitre XIX. Philippe III épouse Marie, fille du duc de Brabant. Influence de Pierre de la Broce sur le roi ; il fait nommer Pierre de Benais évêque de Bayeux. Mort d’Henri III, roi de Navarre ; sa veuve se réfugie avec sa fille Jeanne auprès du roi de France, qui nomme Eustache de Beaumarchais gouverneur de Navarre, p. 49-52.
Chapitre XX. Couronnement à Paris de la reine Marie par l’archevêque de Reims. Parure des chevaliers et des barons ; fête donnée par les bourgeois. La plainte de l’archevêque de Sens contre celui de Reims est rejetée, p. 52-54.
Chapitre XXI. Après la mort de don Fernando de la Cerda, fils aîné d’Alphonse X, roi de Castille, ses deux fils sont écartés du trône au profit de Sanche, second fils dudit roi. Blanche, leur mère, fille de saint Louis, se réfugie avec eux auprès de Philippe III, p. 54-57. — Amicie de Courtenay, femme de Robert II, comte d’Artois, meurt à Rome à son retour de Sicile avec son mari. Blanche d’Artois, sœur de Robert II, épouse Edmond, comte de Lancastre, frère d’Édouard Ier, roi d’Angleterre, p. 57-59. — Amauri, dernier fils de Simon de Montfort, est empri-