Différences entre les versions de « Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Tabernacle »

Aller à la navigation Aller à la recherche
m
aucun résumé de modification
m
{{TextQuality|100%}}<div class="text">
{{NAD|T|Synagogue|Taille|9}}
{| width=100% border="0"
| width=33%<pages styleindex="background: #ffe4b5"Viollet-le-Duc |- <center>< [[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, Tometome 9.djvu" from=4 to=4 tosection=s1 8, Synagogue|Synagogue]]</center>
<references />
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index alphabétique - T|Index alphabétique - T]]</center>
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Tome 9, Taille|Taille]] ></center>
|-
|
| width=33% style="background: #ffe4b5" | <center>[[Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle - Index Tome 9|Index par tome]]</center>
|
|}
 
=== TABERNACLE ===
 
s. m. Nom que l’on donne aujourd’hui à une petite
armoire placée sur l’autel, au milieu du retable, et qui sert à déposer
le ciboire.
 
L’établissement des tabernacles sur les autels ne date que du dernier
siècle. Les hosties étaient déposées, jusqu’au {{s|XVII}}, dans des édicules
placés à côté de l’autel, ou dans une suspension (voyez [[../Autel|Autel]], et
dans le ''Dictionnaire du mobilier français'', l’article Tabernacle). Ces édicules
placés près de l’autel étaient de bois, de pierre ou de métal, avec
lanterne pour loger une lampe. On voit encore quelques-uns de ces
tabernacles, datant du {{s|XVI}}, dans des églises de Belgique. Souvent
ces ''réserves'' de la sainte Eucharistie étaient mobiles, et n’étaient placées
près de l’autel que pendant le service divin.
113 163

modifications

Menu de navigation