De la Capacité politique des classes ouvrières

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


TABLE




Préface.

L’auteur, à quelques ouvriers de Paris et de Rouen, qui l’avaient consulté sur les élections.


PREMIÈRE PARTIE.


la démocratie ouvrière fait son entrée sur la scène politique.


Chapitre 1er. — Soirée du 1er juin 1863.

Chapitre II. — Plan de campagne formé par les parrains de l’Opposition, amis du Gouvernement. — Comment la plèbe travailleuse, suivant pour la première fois une idée à elle et faisant à sa tête, déjoue leurs calculs. — Résultats numériques du scrutin : signification du vote des Paysans.

Chapitre III. — Situation impossible.


DEUXIÈME PARTIE


développement de l’idée ouvrière : création du droit économique.


Chapitre 1er — De la capacité politique et de ses conditions : Capacité réelle et capacité légale. — Conscience et Idée.

Chapitre II. — Comment la classe ouvrière s’est distinguée depuis 1789 de la classe bourgeoise, et comment de ce fait elle a acquis conscience. — État déplorable de la conscience bourgeoise.

Chapitre III. — Dégagement de l’idée ouvrière. — 1. Système communiste ou du Luxembourg.

Chapitre IV. — 2. Système mutuelliste, ou du Manifeste. — Spontanéité de l’idée de mutualité dans les masses modernes. — Définition.

Chapitre V. — Destinée historique de l’Idée de mutualisme.

Chapitre VI. — Puissance de l’idée mutuelliste ; universalité d’applications. — Comment le principe le plus élémentaire de la morale tend à devenir le fondement du droit économique et le pivot des nouvelles institutions. — Premier exemple : des assurances.

Chapitre VII. — Loi économique de l’offre et de la demande. — Correction de cette loi par le principe de la mutualité.

Chapitre VIII. — Application du principe de mutualité au travail et au salaire. — Du commerce véridique et de l’agiotage.

Chapitre IX. — Tendances législatives à la mutualité.

Chapitre X. — Réduction des loyers par le principe de mutualité.

Chapitre XI. — Application de la mutualité au commerce de transports. — Rapports de droit économique entre les expéditeurs, commissionnaires, voituriers et réceptionnaires. — Chemins de fer et services publics.

Chapitre XII. — Du crédit Mutuel.

Chapitre XIII. — De l’association dans la mutualité.

Chapitre XIV. — De la mutualité dans le Gouvernement. — Conception de l’identité du principe politique et du principe économique. — Comment la démocratie ouvrière résout le problème de la liberté et de l’ordre.

Chapitre XV. — Objection contre la politique mutuelliste. — Réponse. — Cause première de la chute des États. — Rapport des fonctions politiques et économiques dans la Démocratie nouvelle.

Chapitre XVI. — Dualisme bourgeois : antagonisme constitutionnel. — Supériorité décisive de l’Idée ouvrière.


TROISIÈME PARTIE.


incompatibilités politiques. — conclusion.


Chapitre Ier. — Une excommunication politique ; nécessité pour la Démocratie ouvrière de dénoncer la scission.

Chapitre II. — Morale politique : le serment avant et depuis 89 ; contradiction du serment civique et constitutionnel. — La morale politique, en France, faussée par suite de l’adultération du serment.

Chapitre III. — Du Suffrage universel. Incompatibilité.

Chapitre IV. — De la liberté municipale : Que cette liberté, essentiellement fédéraliste et incompatible avec le système unitaire, ne peut être réclamée par l’Opposition ni accordée par le Gouvernement impérial.

Chapitre V. — Le Budget. — Impossibilité d’un Impôt normal, avec le système politique suivi par l’Opposition et le Gouvernement. — Amortissement, dotations, pensions, traitements, armée, chemins de fer, etc. — MM. Thiers, Berryer, J. Favre, et l’Opposition prétendue démocratique.

Chapitre VI. — Liberté de la presse. — Droit de réunion et d’association : leur incompatibilité avec le système unitaire.

Chapitre VII. — Instruction publique. — Que l’instruction du peuple, telle qu’il a droit de l’obtenir, est incompatible avec le système économico-politique adopté par l’Opposition et le Gouvernement. — Conditions d’un enseignement démocratique.

Chapitre VIII. — Que la garantie du travail et de l’échange est incompatible avec le système unitaire. — Comment la centralisation politique et la féodalité capitaliste et mercantile sont alliées contre l’émancipation des travailleurs et le progrès des classes moyennes. — Conspiration du libre échange.

Chapitre IX. — Les coalitions ouvrières : question insoluble dans le régime économico-politique actuel. — Phénomène curieux de contradiction sociale. — Rôle de l’Opposition.

Conclusion.


fin de la table.