100%.png

Les Stratagèmes (Frontin)/Trad. Bailly, 1848/Livre III/Préface

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Texte édité et traduit par Charles Bailly, 1848.
◄  Livre Deuxième Livre Troisième Livre Quatrième  ►
◄   Préface Chapitre I  ►
loading la:Index:Frontin - Les Stratagèmes - Aqueducs de la ville de Rome, trad Bailly, 1848.djvu... Loading.gif
PRÉFACE.

loading la:Index:Frontin - Les Stratagèmes - Aqueducs de la ville de Rome, trad Bailly, 1848.djvu... Loading.gif

Si les deux premiers livres ont répondu à leurs titres et mérité jusqu’ici l’attention du lecteur, nous offrirons dans celui-ci, les stratagèmes qui intéressent l’attaque et la défense des villes ; et, sans nous arrêter à aucun avant-propos, nous indiquerons d’abord les exemples utiles aux assiégeants, puis ceux qui peuvent instruire les assiégés. Ayant laissé de côté les ouvrages et machines de siége, dont la découverte, depuis longtemps perfectionnée, n’offre plus à l’art une matière nouvelle, nous avons classé comme il suit les ruses qui regardent l’attaque :

loading la:Index:Frontin - Les Stratagèmes - Aqueducs de la ville de Rome, trad Bailly, 1848.djvu... Loading.gif


◄   Notes Chapitre I  ►


1. Quorum expleta jam pridem inventione. On ne saurait croire à quelle antiquité remontent l’invention et l’usage presque général des machines et des ouvrages de siége, et pendant combien de siècles les moyens d’attaque et de défense des villes et des camps retranchés sont restés les mêmes, avant la découverte de la poudre. M. Dureau de la Malle a établi, dans son ouvrage sur la poliorcétique des anciens, que, plus de vingt siècles avant l’ère chrétienne, les Égyptiens avaient porté à un point très-élevé l’art de fortifier les villes, et que leurs temples étaient de véritables citadelles ; que les monuments de Karnak, de Louqsor, etc., offrent des gabions, des machines pour l’escalade, et les tortues ; que chez les Hébreux, la mine ou la sape étaient employées du temps de Jacob ; que sous Ozias (870 av. J.-C.) on faisait usage de balistes et de catapultes ; enfin, que deux cents ans après, les villes étaient attaquées au moyen des tours mobiles, des terrasses, du bélier, etc., toutes choses que les peuples de l’Orient ont connues avant les Grecs.


◄   Préface Chapitre I  ►