Page:Apollinaire - L’Enfer de la Bibliothèque nationale.djvu/35

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donnera à ses funestes passions qui finissent par enfanter le malheur et le mépris. »


28. — Les Dialogues de Luisa Sigea, ou Satire Sotadique de Nicolas Chorier, prétendue écrite en espagnol par Luisa Sigea, et traduite en latin par Jean Meursius. — Edition mixte franco-latine, Paris, Isidore Liseux, 1881.

4 vol. in-16, de xxxv-131, 200, 147, et vii-268, p. brochés, couv. impr. Le 4e volume contient, à la fin, une réimpression des feuilles 11 et 12 du tome III, destinées à remplacer ces feuilles dans certains exemplaires où elles ont été rognées trop près de la lettre. Frontispice gravé.

Traduction française d’Alcide Bonneau, avec le texte latin en regard.

Voir, à la cote 67 (Musée secret du Bibliophile), une autre édition de Liseux, et diverses éditions en français ou latin, aux nos 67, 108, 118, 143, 257, 258, 259, 260, 261, 262-263, 264, 265-266, 267-268, 269, 270, 271, 272-273, 274-275, 276, 277, 278, 279, 280-281, 282-283, 814-815-816.

Voici le très intéressant article que consacre à cet ouvrage M. Barbier, dans son Dictionnaire des Ouvrages Anonymes (Paris, 1872, tome I, page 49) :

« C’est ici la véritable place d’une lettre écrite le. 6 juin 1738, à M, Jamet le Cadet, par M. Lancelot, de l’Ac. des Inscr. et Bel. Lettres. Je la tire du 32e vol. des Observations de l’abbé Desfontaines sur les écrits modernes (p. 12 et suiv.) :

« « On ne peut rien vous refuser, Monsieur : je vous envoie les éclaircissements sur l’Aloysia que vous m’avez demandés. L’auteur de l’Aloysiæ Sigeæ satyra sotadica est Nicolas Chorier, avocat au parlement de Grenoble, le même qui a donné l’Histoire du Dauphiné, en 2 vol. in-fol., 1661 et 1672. Ce fut Nicolas, libraire de la même ville de Grenoble, qui donna la première édition, qui n’avait que six dialogues. La seconde fut faite à Genève. Il y a un septième dialogue de plus qu’à la précédente. Comme cette édition ne se fit point sous les yeux de Chorier, et qu’il fallut envoyer de Grenoble à Genève le manuscrit de cet auteur, qui écrivait très