Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 11.djvu/249

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


autre maniere que la musique vocale ; il falloit donc encore ici des distinctions de caracteres ? enfin, que les anciens ayant au moins quinze modes, selon le dénombrement d’Alypius, il fallut approprier des caracteres à ces modes-là, comme on le voit dans les tables du même auteur. Toutes ces diverses modifications exigeoient une multitude de signes nécessaires, à laquelle les vingt-quatre lettres étoient bien éloignées de suffire. De là la nécessité d’employer les mêmes lettres pour plusieurs sortes de notes, ce qui obligea de donner à ces lettres différentes situations, & de les mutiler en divers sens. Par exemple, la lettre pi écrite de toutes les manieres Π, Π, Π, , exprimoit cinq différentes notes. En combinant toutes les modifications qu’exigeoient ces diverses circonstances, on trouve 1620 notes en tout ; nombre prodigieux, qui devoit rendre l’étude de la musique grecque de la derniere difficulté ! aussi l’étoit-elle, selon le témoignage de Platon, qui veut que les jeunes gens se contentent de donner deux ou trois ans à la musique pour en apprendre les rudimens. Cependant les Grecs n’avoient pas un si grand nombre de caracteres différens, mais la même note avoit differentes significations, selon les occasions. Ainsi, cette lettre Φ est dans le genre diatonique le lichanos hypaton du mode lydien & l’hypate-meson du mode phygien, &c.

Les Latins qui, à l’imitation des Grecs, noterent aussi la musique avec les lettres de leur alphabet, retrancherent beaucoup de cette quantité de notes. Il paroît que Boëce établit l’usage de quinze lettres seulement, & même le pape Grégoire, considérant que les proportions de sons sont les mêmes d’une octave à l’autre, réduisit encore ces quinze notes aux sept premieres lettres de l’alphabet, que l’on répétoit en différentes formes, d’une octave à l’autre.

Enfin, dans l’onzieme siecle, un bénédictin d’Arezzo, nommé Guy, substitua à ces lettres les syllabes dont nous nous servons aujourd’hui avec des points posés sur différentes lignes paralleles : dans la suite, on grossit ces points, & on s’avisa d’en distribuer aussi dans les espaces compris entre ces lignes.

Des sept noms des notes de notre musique les six premiers seulement, ut, ré, mi, fa, sol, la, sont de l’invention de Guy. On dit qu’il les inventa en 1024, à Pompose, dans le duché de Ferrare, & qu’il les tira de l’hymne de S. Jean.

Ut queant laxis resonare fibris
Mira gestorum famuli tuorum ;
Solve polluti labii reatum
Sancte Johannes.

En prenant la premiere syllabe de chaque hemistiche ou demi-vers : ce qu’Angelo Berardi a renfermé dans les vers suivant.

Ut relevet miserûm fata sollicitosque labores.

La septieme, savoir le si, a été ajoutée, selon quelques uns, par Jean de Muris ; selon d’autres, par Vander Putten ; & par un nommé le Maire, selon Brossard. Voyez Si. Vossius ne veut pas même accorder aux mordernes l’invention des six autres notes, mais il avance que les Egyptiens en faisoient usage long-tems auparavant, en quoi il prétend s’appuyer du témoignage obscur de quelques anciens. Voyez les articles Clé, Degrés, Gamme, Intervalles, Portée.

Les notes, à ce qu’on croit, n’eurent long-tems d’autre usage que de marquer les degrés & les différences des tons. Elles étoient toutes, quant au tems, d’égale valeur, & ne recevoient à cet égard d’autres différences que celles des syllabes longues & breves sur lesquelles on les chantoit : c’est dans cet


état qu’est demeuré le plein-chant. Voyez . On prétend même que cela dura pour la musique jusqu’en 1330, où, selon la commune opinion, Jean de Meurs ou de Muris, docteur & chanoine de Paris, leur donna différentes figures pour marquer les rapports de durée qu’elles devoient avoir entre elles : plusieurs de ces figures ne subsistent plus ; on leur en a substitué d’autres. Voyez Mesure, Tems, Valeur des Notes.

Pour déterminer le sens des notes, & en rendre exactement l’expression, il y a huit choses essentielles à considerer ; savoir, 1. la clef & sa position ; 2. les dièses ou bémols qui peuvent l’accompagner ; 3. le lieu ou la position de la note ; 4. son intervalle ; c’est-à-dire, son rapport à celle qui la précede, ou la tonique ; 5. sa figure ; 6. le tems où elle se trouve, & la place qu’elle y occupe ; 7. le dièse, ou bémol, ou béquarre accidentel qui peut la précéder ; 8. l’espece de la mesure & le caractere du mouvement. Une seule de ces observations manquée doit faire chanter faux ou hors de mesure.

Tous ceux qui ont examiné avec attention la méchanique des caracteres de notre musique, y ont apperçu des défauts considérables, qui ne sont que des suites nécessaires de la maniere dont ces caracteres se sont établis. La musique a eu le sort des arts qui ne se perfectionnent que lentement & successivement ; les inventeurs des notes n’ont songé qu’à l’état où elle se trouvoit de leur tems, sans prévoir celui où elle pouvoit parvenir dans la suite ; aussi leur système s’est-il bien-tôttrouvé défectueux ; & d’autant plus défectueux que l’art s’est plus perfectionné. A mesure qu’on avançoit, on établissoit de nouvelles regles pour remédier aux inconvéniens présens : en multipliant les expressions, on a multiplié les difficultés, & à force d’additions & de chevilles, on a tiré d’un principe assez simple, un système fort embrouillé & fort mal assorti.

Plusieurs de ces défauts sautent aux yeux. En général, on peut les réduire à trois classes principales. La premiere est la multitude des signes & de leur combinaisons, qui surchargent inutilement l’esprit & la mémoire des commençans. De façon que l’oreille étant formée, & les organes ayant acquis toute la facilité nécessaire long-tems avant qu’on soit en état de chanter à livre ouvert ; il s’ensuit que la difficulté est toute dans l’observation des regles, & nullement dans l’exécution du chant. La seconde est le défaut d’évidence dans le genre des intervalles exprimés sur la même ou sur différentes clefs, défaut d’une si grande étendue, que non-seulement il est la principale cause de la lenteur du progrès des écoliers, mais encore qu’il n’est point de musicien forme qui n’en soit incommodé dans l’exécution. La troisieme enfin est l’extrème diffusion des caracteres & le trop grand volume qu’ils occupent ; ce qui, joint à ces lignes, & à ces portées si ennuyeuses à tracer, devient une source d’embarras de plus d’une espece. Si le premier mérite des signes d’institution est d’être clair, le second est d’être concis : quel jugement doit-on porter des notes de notre musique à qui l’un & l’autre manque ?

Les Musiciens, il est vrai, ne voient point tout cela. Faut-il s’en étonner ? La musique pour eux n’est pas la science des sons ; c’est celle des noires, des blanches, des doubles croches, &c. Dès que ces figures cesseroient d’affecter leurs yeux, ils ne croiroient jamais voir de la musique. D’ailleurs, ce qu’ils ont appris difficilement, pourquoi le rendroient-ils facile à d’autres ? Ce n’est donc pas eux qu’il faut consulter sur ce point.

Mais les défauts des caracteres de la musique sont plus aisés à connoître que les remedes à trouver. Plusieurs jusqu’ici l’ont tenté sans succès.