Page:Diderot - Encyclopedie 1ere edition tome 3.djvu/158

La bibliothèque libre.
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

moins d’agrément que la nature a donné à leur organe. Au rapport de Juan Christoval Calvete (qui a fait une relation du voyage de Philippe II. roi d’Espagne, de Madrid à Bruxelles, qu’on va traduire ici mot à mot), dans une procession solennelle qui se fit dans cette capitale des Pays-Bas en l’année 1549, pendant l’octave de l’Ascension, sur les pas de l’archange S. Michel, couvert d’armes brillantes, portant d’une main une épée, & une balance de l’autre, marchoit un chariot, sur lequel on voyoit un ours qui touchoit un orgue : il n’étoit point composé de tuyaux comme tous les autres, mais de plusieurs chats enfermés séparément dans des caisses étroites, dans lesquelles ils ne pouvoient se remuer : leurs queues sortoient en haut, elles étoient liées par des cordons attachés au registre ; ainsi à mesure que l’ours pressoit les touches, il faisoit lever ces cordons, tiroit les queues des chats, & leur faisoit miauler des tailles, des dessus, & des basses, selon les airs qu’il vouloit exécuter. L’arrangement étoit fait de maniere qu’il n’y eût point un faux ton dans l’exécution : y hazien cousus aullidos altos y baxos una musica ben entonada, che era eosa nueva y mucho de ver. Des singes, des ours, des loups, des cerfs, &c. dansoient sur un théatre porté dans un char au son de cet orgue bisarre : una gratiosa dansa de monos, ossos, lobos, ciervos, y otros animales salvajes dançando delaute y detras de una granjaula che en un carro tirava un quartago. Voyez Danse.

On a entendu de nos jours un chœur très-harmonieux, qui peint le croassement des grenouilles, & une imitation des différens cris des oiseaux à l’aspect de l’oiseau de proie, qui forme dans Platée un morceau de musique du plus grand genre. Voyez Ballet & Opéra.

Le chant naturel variant dans chaque nation selon les divers caracteres des peuples & la température différente des climats, il étoit indispensable que le chant musical, dont on a fait un art long-tems après que les langues ont été trouvées, suivît ces mêmes différences ; d’autant mieux que les mots qui forment ces mêmes langues n’étant que l’expression des sensations, ont dû nécessairement être plus ou moins forts, doux, lourds, légers, &c. selon que les peuples qui les ont formés ont été diversement affectés, & que leurs organes ont été plus ou moins déliés, roides, ou flexibles. En partant de ce point, qui paroît incontestable, il est aisé de concilier les différences qu’on trouve dans la Musique vocale des diverses nations. Ainsi disputer sur cet article, & prétendre par exemple que le chant Italien n’est point dans la nature, parce que plusieurs traits de ce chant paroissent étrangers à l’oreille, c’est comme si l’on disoit que la langue Italienne n’est point dans la nature, ou qu’un Italien a tort de parler sa langue. Voyez Chantre, Exécution, Opéra.

Les instrumens d’ailleurs n’ayant été inventés que pour imiter les sons de la voix, il s’ensuit aussi que la Musique instrumentale des différentes nations doit avoir nécessairement quelque air du pays où elle est composée : mais il en est de cette espece de productions de l’Art, comme de toutes les autres de la nature. Une vraiment belle femme, de quelque nation qu’elle soit, le doit paroître dans tous les pays où elle se trouve ; parce que les belles proportions ne sont point arbitraires. Un concerto bien harmonieux d’un excellent maître d’Italie, un air de violon, une ouverture bien dessinée, un grand chœur de M. Rameau, le Venite exultemus de M. Mondonville, doivent de même affecter tous ceux qui les entendent. Le plus ou le moins d’impression que produisent & la belle femme de tous les pays, & la bonne musique de toutes les nations, ne vient jamais que de la conformation heureuse ou malheureuse des organes de ceux

qui voyent & de ceux qui entendent. (B)

Chant Ambrosien, Chant Grégorien ; voyez Plein-chant. (S)

* Chant, (Littérat.) c’est une des parties dans lesquelles les Italiens & les François divisent le poëme épique. Le mot chant pris en ce sens, est synonyme à livre. On dit le premier livre de l’Iliade, de l’Enéide, du Paradis perdu, &c. & le premier chant de la Jérusalem délivrée, & de la Henriade. Le Poëte épique tend à la fin de son ouvrage, en faisant passer son lecteur ou son héros par un enchaînement d’avantures extraordinaires, pathétiques, terribles, touchantes, merveilleuses. Il établit dans le cours du récit général de ces avantures, comme des points de repos pour son lecteur & pour lui. La partie de son poëme comprise entre un de ces points & un autre qui le suit, s’appelle un chant. Il y a dans un poëme épique des chants plus ou moins longs, plus ou moins intéressans, selon la nature des avantures qui y sont récitées. Il y a plus : il en est d’un chant comme du poëme entier ; il peut intéresser davantage une nation qu’une autre, dans un tems que dans un autre, une personne qu’une autre. Il y auroit une grande faute dans la machine, ou construction, ou conduite du poëme, si l’on pouvoit prendre la fin d’un chant, quel qu’il fût, excepté le dernier, pour la fin du poëme ; & il y auroit eu un grand art de la part du Poëte, & il en fût résulté une grande perfection dans son poëme, s’il avoit sû le couper de maniere que la fin d’un chant laissât une sorte d’impatience de connoître la suite des choses, & d’en commencer un autre. Le Tasse me paroît avoir singulierement excellé dans cette partie. On peut interrompre la lecture d’Homere, de Virgile, & des autres Poëtes épiques, à la fin d’un livre ; le Tasse vous entraîne malgré que vous en ayiez, & l’on ne peut plus quitter son ouvrage quand on en a commencé la lecture. Il n’en faut pas inférer de-là que j’accorde au Tasse la prééminence sur les autres Poëtes épiques ; je dis seulement que par rapport à nous, il l’emporte du côté de la machine sur Homere & Virgile qui, au jugement des Grecs & des Romains, l’auroient peut-être emporté sur lui, si la colere d’Achille, l’établissement des restes de Troie en Italie, & la prise de Jérusalem par Godefroi de Bouillon, avoient pû être des évenemens chantés en même tems, & occasionner des poëmes jugés par les mêmes juges. Il me semble que les Italiens ont plus de droit que nous d’appeller les parties de leurs poëmes épiques, des chants, ces poëmes étant divisés chez eux par stances qui se chantent. Les Gondoliers de Venise chantent ou plûtôt psalmodient par cœur toute la Jérusalem délivrée, & l’on ne chante point parmi nous la Henriade ou le Lutrin, ni chez les Anglois le Paradis perdu. Il suit de ce qui précede, que les différens chants d’un poëme épique devroient être entr’eux, comme les actes d’un poëme dramatique ; & que, de même que l’intérêt doit croître dans le dramatique de scene en scene, d’acte en acte jusqu’à la catastrophe, il devroit aussi croître dans l’épique d’évenemens en évenemens, de chants en chants, jusqu’à la conclusion. Voyez Drame, Scene, Acte, Machine, Coupe, Poeme épique, &c.

* Chant, (Belles-Lettres.) se dit encore dans notre ancienne poésie, de plusieurs sortes de pieces de vers, les unes assujetties à certaines regles, les autres n’en ayant proprement aucune particuliere. Il y a le chant royal, le chant de Mai, le chant nuptial, le chant de joie, le chant pastoral, le chant de folie. Voyez, dans Clément Marot, des exemples de tous ces chants.

Le chant royal suit les mêmes regles que la ballade, la même mesure de vers, le même mêlange