Page:Lanne - Le Mystère de Quiberon, 1904.djvu/442

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


lire les sentences au lieu de l’exécution ; soumission docile de Lemoine. — Faits de complaisance pour l’évasion de quelques condamnés. — Satisfaction donnée à la justice de la République. — Remords de Hoche.

CHAPITRE XXI. — Lettres remises par Sombreuil à Humbert. — Celle destinée à Hoche, mutilée. — Celle destinée à Tallien, supprimée. — Celle destinée à l’amiral Warren, publiée par indiscrétion. — Ce qu’il faut penser des griefs qu’elle contient contre Puisaye. — Le caractère de la lettre trahi par la publication faite. — Doutes graves sur son authenticité ; opinion de Rouget de Lisle, de Beauchamp. — Conjectures sur les motifs qui l’auraient fait supposer.

CHAPITRE XXII. — L’expédition de la seconde armée retardée par les hésitations du comte d’Artois. — Motifs de ces hésitations. — Pourquoi le comte d’Artois avait désiré ce commandement et pourquoi il cherchait à s’en dégager. — L’esprit de la Bretagne après Quiberon. — La confession de d’Hervilly. — Les accusations portées contre Puisaye ; ce qu’on doit penser de ses intentions. — Défaut d’entente entre le comte d’Artois et lui. — Avances faites à Charette par les Princes. — Rectitude de la conduite de Charette ; ses trois manifestes successifs. — Missions de divers agents de Vérone et de Londres.

CHAPITRE XXIII. — Embarquement du comte d’Artois. — Effectif du corps expéditionnaire qu’il commande. — Son séjour à l’île d’Houat et ses négociations avec les chefs bretons. — Sa rupture avec Puisaye. — Sa démonstration devant les côtes de Vendée. — Ordres et contre-ordres envoyés à Charette. — Séjour à l’île d’Yeu. — Négociations avec Charette et Stofflet. — Attitude de Charette. — Dernier mouvement ordonné et contremandé. — Charette accepte son arrêt de mort.

CHAPITRE XXIV. — Conduite du comte d’Artois expliquée par les faits. — Attitude des chefs vendéens en face de la question dynastique. — Réserve de Stofflet. — Acceptation par Charette du brevet de lieutenant-général et refus des décorations. — Supposition absurde de Crétineau-Joly. — Véritable raison du malentendu. — Demande d’explications catégoriques adressée à Charette. — Sa lettre au Comité de salut public et sa réponse à l’envoyé du comte d’Artois. — Départ du comte d’Artois déterminé par l’inflexibilité de Charette. — Lettre de Charette au sujet de ce départ. — Révélations de Vauban éclairant tout le mystère.