Page:Lanne - Le Mystère de Quiberon, 1904.djvu/441

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


— Jonction et marche en avant des deux ailes républicaines. — Absence singulière du centre. — Retraite des royalistes. — Commandement remis à Sombreuil et embarquement de Puisaye. — Appréciation de la conduite de Puisaye.

CHAPITRE XVII. — Embarquement des royalistes sur l’escadre anglaise. — Retraite dirigée par Sombreuil. — Évacuation successive des divers postes. — Refuge cherché dans le Fort-Neuf. — Position des deux armées séparées par les feux de l’escadre. — Propositions faites aux royalistes par Humbert et ses grenadiers. — Pourparlers de Sombreuil avec Humbert, puis avec Hoche. — Capitulation promise. — Condition imposée de faire cesser le feu de l’escadre. — Dévouement de Gesril du Papeu. — Reddition des royalistes. — Mise en marche vers le fort Penthièvre. — Attitude mélancolique de Hoche ; réflexions à ce sujet. — Rapports de cordialité qui s’établissent entre les vainqueurs et les vaincus. — Parole d’honneur demandée aux prisonniers. — Conditions singulières de la conduite à Auray et à Vannes. — Le fait de la capitulation connu sur l’escadre.

CHAPITRE XVIII. — Emprisonnement des captifs à Auray. — État dressé par catégories pour faciliter les mesures de clémence. — Les dispositions favorables détruites par la crainte des soupçons. — Les projets d’amnistie confiés par Tallien à Rouget de Lisle. — L’intervention de Lanjuinais. — Revirement de Tallien ; son discours à la Convention. — Mesures de Blad pour attendre le décret d’amnistie promis par Tallien. — Première commission militaire se déclarant incompétente ; ses actes supprimés.

CHAPITRE XIX. — Départ hâtif de Hoche et des bataillons de grenadiers. — Pression exercée sur Blad par le Directoire du département. — Progression des empiètements d’autorité pris par le Directoire pour forcer aux mesures de rigueur. — Réquisition formelle signifiée au général Lemoine. — Effet produit par la nouvelle de la mise en jugement. — Entrevue de Sombreuil et d’Humbert. — Tentative de suicide de Sombreuil. — Sa comparution devant la commission ; son serment sur le fait de la capitulation. — Protestation des grenadiers. — Suppression des procès-verbaux d’interrogatoires ; singuliers commentaires de M. de Closmadeuc et de M. Chassin. — Demande de sursis adressée par la commission militaire à Blad. — Arrêté de Blad cassant la commission ; sa lettre explicative au Comité de salut public. — Transfert des premiers condamnés à Vannes et leur exécution. — Déclaration de Blad aux commissions militaires et proclamation au peuple pour proscrire tout rappel de la capitulation. — Les accusés privés de défenseurs.

CHAPITRE XX. — Fonctionnement des Commissions. — La sévérité prescrite tempérée par l’indulgence des juges militaires. — Refus de siéger du commandant Douillard ; les commentaires de M. de Closmadeuc et de M. Chassin infirmés par une lettre authentique du général Lemoine. — L’opinion générale de l’armée sur la réalité de la capitulation prouvée par l’ensemble des documents. — Nouvelle intervention du Directoire départemental pour faire éluder l’obligation de