éléments Wikidata

Livre:Lanne - Le Mystère de Quiberon, 1904.djvu

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Lanne - Le Mystère de Quiberon, 1904.djvu
TitreLe Mystère de Quiberon
1794-1795
Voir l'entité sur Wikidata
AuteurAdolphe Lanne Voir l'entité sur Wikidata
Maison d’éditionDujarric et Cie, Éditeurs
Lieu d’éditionParis
Année d’édition1904
BibliothèqueGoogle
Fac-similésdjvu
AvancementÀ corriger

Pages

- - - - - - Titre -  v  vi  vii  viii  ix  x  xi  xii  xiii  xiv  xv  xvi  xvii  xviii  xix  xx 001 002 003 004 005 006 007 008 009 010 011 012 013 014 015 016 017 018 019 020 021 022 023 024 025 026 027 028 029 030 031 032 033 034 035 036 037 038 039 040 041 042 043 044 045 046 047 048 049 050 051 052 053 054 055 056 057 058 059 060 061 062 063 064 065 066 067 068 069 070 071 072 073 074 075 076 077 078 079 080 081 082 083 084 085 086 087 088 089 090 091 092 093 094 095 096 097 098 099 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 Errata - TdM TdM TdM TdM TdM TdM - - - - - -

TABLE DES MATIÈRES




CHAPITRE PREMIER. — Résistance de l’opinion publique à la constitution républicaine. — Un retour de la monarchie considéré comme inévitable. — Combinaisons successives des principaux meneurs : Danton, Robespierre ; Mission de Maret et Semonville. — Recrudescence du mouvement royaliste après Thermidor. — Divers courants dans le parti royaliste. — Machiavélisme du comte de Provence ; ses menées révolutionnaires avant l’émigration, son attitude d’intransigeance après l’émigration ; son appréciation sur la mort de Louis XVI et ses pronostics sur celle de Louis XVII. — La mort du jeune roi escomptée par les gens de cour et d’affaires. — Sa délivrance souhaitée et prévue par les royalistes de l’intérieur. — Motifs de la défiance des princes à l’égard de la Vendée. — Projets pour la délivrance du jeune roi ; combinaisons diverses ; les illusions de Charette ; les moyens de Frotté ; le concours de Barras acquis par Joséphine de Beauharnais.

CHAPITRE II. — Les premiers soins de Barras après le 9 Thermidor. — Mesures prises pour procurer l’évasion. — Départ de Puisaye pour Londres. — Son entente avec Frotté. — Variations dans la conduite des princes à l’égard de Puisaye. — Les antécédents de Puisaye. — Son œuvre en Bretagne ; organisation insurrectionnelle du pays. — Nomination de Cormatin, major général. — Négociations avec le cabinet de Saint-James ; promesses de Puisaye. — Concours assuré de la Vendée et des autres provinces. — Intelligences pratiquées dans l’armée républicaine. — Connivences non douteuses dans les administrations et les comités de gouvernement. — Chances de réussite pressenties et escomptées dans le public. — Plans de Puisaye approuvés par les princes ; brevet de commandement donné par le Régent. — Le projet était-il réalisable ? Opinion des contemporains et des historiens.

CHAPITRE III. — Préparatifs d’insurrection connus du gouvernement ; mesures prises en sens inverse des intérêts républicains. — Choix des agents militaires et civils. — Esprit de l’armée ; la plupart des généraux engagés dans des combinaisons monarchiques. — Hoche, ses antécédents ; ses tendances ; ses relations royalistes. — Probabilité de son entente avec Frotté et Puisaye. — Sa participation à l’entreprise d’évasion du jeune roi. — Sa nomination et celle de Canclaux à la tête des armées dans l’Ouest. — Choix des commissaires aux armées et des délégués négociateurs fait dans le même esprit. — But réel des négociations ; mesures préparatoires ; décret d’amnistie du 20 frimaire an III.

CHAPITRE IV. — Premières démarches tendant à ouvrir des négociations. — Intermédiaires employés pour s’aboucher avec Charette. — Mme Gasnier-Chambon. — M. Bureau de La Batardière. — Première entrevue ; dispositions intransigeantes de Charette ; lettre de Ruelle et promesses qu’elle contient. — Suspension d’armes. — Conférences préliminaires ; base d’entente impliquant la prévision d’une restauration monarchique. — Réalité des promesses de Ruelle affirmée par un témoignage authentique. — Courant d’opinion dans ce sens déterminé par une série de faits et de manifestations. — Les chouans au théâtre de Nantes ; le dîner des rois. — Les protestations républicaines de Boursault négligées ; Boursault écarté des négociations. — Hoche et Frotté à Nantes dans la même maison ; similitude singulière de leur attitude. — Le secret de Charette ; raisons qui le portent à traiter et qui retiennent Stofflet dans le parti de l’intransigeance. — Charette au rendez-vous de La Jaunaye ; arrivée tardive des délégués conventionnels. — Conditions définitives constituant un territoire indépendant.

CHAPITRE V. — La question des clauses secrètes. — Le manifeste de Cormatin. — Nécessité morale des clauses secrètes. — Les historiens qui en nient l’existence : Thiers ; de La Sicotière. — Comment cette opinion s’est formée. — Les habiletés d’Eckart ; ses aveux involontaires. — Les variations de Beauchamp. — Témoignages de contemporains : Henriot, Boursault, Barère, Boissy d’Anglas, Chateaubriand. — Documents officiels ou publics : lettre de Sieyès au général Beaufort ; lettre du Comité de salut public à Guezno ; déclarations de Cormatin devant ses juges. — Explications embarrassées de Roux (de la Marne) à la tribune de la Convention. — Intervention de Tallien pour étouffer la question. — L’opinion de Napoléon. — La lettre de Charette au Régent de France.

CHAPITRE VI. — Signature du traité de La Jaunaye. — Teneur des clauses secrètes. — L’appréciation de Napoléon. — Portée réelle du traité. — Fête de la Pacification ; entrée de Charette à Nantes ; manifestations royalistes coupées par Bureau de La Batardière. — Mouvement prononcé de l’opinion. — Les délégués pacificateurs à la Convention ; protestations jacobines ; explications embarrassées des négociateurs ; incident préparé pour enlever le vote.

CHAPITRE VII. — Caractère précaire de la pacification. — Le véritable danger menaçant du côté de la Bretagne ; symptômes qui en annoncent la gravité. — Négociations sur la rive droite de la Loire ; premiers pourparlers entre Humbert et Cormatin. — Répétition des manœuvres employées sur la rive gauche ; M. Le Deist de Botidoux et la vicomtesse Turpin de Crissé. — Premières propositions rejetées. — Nouvelles propositions basées sur les conditions offertes à Charette. — Compromis avec Bois-Hardy et Chantreau. — Entrevue de Turpin et de Bancelin. — Adhésion de quelques chefs au compromis Bois-Hardy. — Armistice dénoncé par Turpin. — Conférence à La Chaufournaie ; nouvel armistice accepté par la plupart des chefs de la rive droite. — Entrevue à Moncontour ; rendez-vous pris par Hoche et Danican, Bois-Hardy et Cormatin. — Conférences de La Mabilais. — Hoche, porteur de pleins pouvoirs, refuse de s’y rendre ; motifs de ce refus ; revirement soudain de la presque totalité des chefs chouans.

CHAPITRE VIII. — Conduite parallèle de Hoche et de Frotté en ce qui concerne les négociations. — Explication de cette conduite ; lettres de Hoche et lettres du gardien du Temple, Laurent. — Singulier résultat des conférences de La Mabilais ; revirement subit des principaux chefs royalistes et de Hoche. — Le traité signé en dehors du porteur des pleins pouvoirs. — Entrée de Cormatin à Rennes. — Message des délégués au Comité de salut public. — Reprise immédiate des préparatifs insurrectionnels.

CHAPITRE IX. — Puisaye à Londres poursuit et achève les préparatifs de l’expédition. — Importance des secours fournis par l’Angleterre. — Fabrique d’assignats. — Composition des corps expéditionnaires. — Pouvoirs de commandant en chef donnés à Puisaye par le Régent de France. — Lettres de service à lui remises par le ministère anglais. — Commission donnée à d’Hervilly. — Conflit entre les deux commandants ; raisons de ce conflit. — Mort de Louis XVII annoncée ; croyance générale à son évasion. — Notes de police. — Mme Royale ne prend pas le deuil de son frère. — Sa lettre datée d’Huningue. — Dépêches contradictoires de l’agence royaliste de Paris. — Sens réel de ces dépêches. — Avis de la mort de Louis XVII reçu pendant la traversée ; accepté par les uns, rejeté comme faux par les autres.

CHAPITRE X. — Rencontre de l’armée expéditionnaire et de l’escadre républicaine. — Attitude hésitante de Villaret-Joyeuse. — Combat naval ; retraite malheureuse de l’escadre républicaine. — Sommation de Belle-Isle par le commodore Ellison. — Termes de cette sommation faite au nom de Louis XVII ; fausse version introduite dans l’histoire. — Deuxième sommation au nom de Louis XVIII. — L’escadre anglaise dans la baie de Quiberon. — Temporisation de d’Hervilly. — Débarquement des premiers régiments. — Altercation publique entre les deux commandants. — La messe de Carnac ; scission entre les corps royalistes ; proclamation de Louis XVII ou de Louis XVIII ; nouvelle version fausse. — Les motifs de d’Hervilly entrevus par Michelet. — La proclamation de Puisaye au nom de Louis XVII.

CHAPITRE XI. — Distribution des armes. — Ardeur des chouans. — Tactique de d’Hervilly. — Raisons de cette tactique ; instructions de l’agence de Paris à d’Hervilly et aux chefs royalistes. — Refus d’autoriser la marche en avant. — Conflit d’autorité entre Puisaye et d’Hervilly. — Premiers succès des chouans ; concours des populations. — Mouvement contrarié par les mesures de d’Hervilly. — Offensive reprise par les républicains. — Singulière inaction de Hoche. — Prise du fort Penthièvre et occupation de la presqu’île par les royalistes.

CHAPITRE XII. — Mouvement rétrograde ordonné par d’Hervilly ; déplorables dispositions. — Mécontentement marqué des Chouans. — Attaque des lignes royalistes par les républicains. — Retraite protégée par Cadoudal. — Exclamation admirative de Hoche. — Inaction complète de d’Hervilly. — La presqu’île bloquée du côté de la terre. — Temporisation inexplicable de Hoche. — Débarquement de corps chouans pour tourner l’armée républicaine. — Le corps de Tintiniac détourné par des instructions perfides émanant de l’agence de Paris. — Mort de Tintiniac ; dislocation de son corps d’armée. — La division de Jean-Jean dissoute par l’effet des mêmes intrigues. — Système de contre-ordres et de faux ordres pratiqué pour empêcher le succès au nom de Louis XVII.

CHAPITRE XIII. — Documents contemporains. — Ordre du jour d’un chef de canton et ordre du jour d’un comité correspondant à l’agence de Paris. — Preuve qui en résulte du conflit entre les partisans de Louis XVII et ceux de Louis XVIII. — Lettre du comte de Talhouët confirmant cette preuve. — Fausse annonce de la reconnaissance de Louis XVIII par le roi d’Angleterre. — Réserve de l’Angleterre sur cette question, établie par les journaux de l’époque. — Persistance des Vendéens et des Chouans à reconnaître Louis XVII. — Une adresse du Comité de surveillance de Nantes. — Un récit d’un chef royaliste attestant la fidélité à Louis XVII en septembre 95.

CHAPITRE XIV. — Attaque des lignes républicaines résolue contre l’avis de Puisaye. — Imprudence manifeste de cette attaque et chances évidentes de succès perdues par la précipitation. — Dispositions malhabiles. — Vauban chargé d’une diversion inexécutable ; échec de ce mouvement. — Surprise manquée. — Assaut donné sur le point le moins abordable. — Retraite ordonnée. — D’Hervilly blessé à mort. — Confusion dans les troupes royalistes ; défaite désastreuse. — Absence singulière de Hoche. — Résultats de la journée ; pertes considérables subies par les royalistes. — Examen de la situation. — Considérations sur la similitude de conduite expectative de la part de Hoche et de Puisaye.

CHAPITRE XV. — Caractère particulier des relations qui s’établissent entre les deux camps. — Mouvement des désertions qui se produisent en sens inverse. — Pourparlers entre le général Humbert et le marquis de Contades. — Intervention de Vauban. — Raisons secrètes de la rencontre. — Coïncidence de ces pourparlers avec la présence de Tallien. — Prolongation de l’expectative de la part des deux généraux et des représentants. — Intervention de Guezno pour la faire cesser. — Arrivée de Hoche au camp ; les acclamations des troupes ; l’attitude soucieuse de Hoche.

CHAPITRE XVI. — Ordre de bataille pour l’attaque de la presqu’île. — Marche retardée par une tempête violente. — Gaieté de Hoche en face de ce contre-temps. — Attaque des retranchements par la colonne de Hoche et retraite inexplicable de cette colonne. — Aile gauche républicaine maltraitée par le feu de l’escadre. — Reddition du fort Penthièvre par la trahison de la garnison. — Prise à revers des retranchements. — Jonction et marche en avant des deux ailes républicaines. — Absence singulière du centre. — Retraite des royalistes. — Commandement remis à Sombreuil et embarquement de Puisaye. — Appréciation de la conduite de Puisaye.

CHAPITRE XVII. — Embarquement des royalistes sur l’escadre anglaise. — Retraite dirigée par Sombreuil. — Évacuation successive des divers postes. — Refuge cherché dans le Fort-Neuf. — Position des deux armées séparées par les feux de l’escadre. — Propositions faites aux royalistes par Humbert et ses grenadiers. — Pourparlers de Sombreuil avec Humbert, puis avec Hoche. — Capitulation promise. — Condition imposée de faire cesser le feu de l’escadre. — Dévouement de Gesril du Papeu. — Reddition des royalistes. — Mise en marche vers le fort Penthièvre. — Attitude mélancolique de Hoche ; réflexions à ce sujet. — Rapports de cordialité qui s’établissent entre les vainqueurs et les vaincus. — Parole d’honneur demandée aux prisonniers. — Conditions singulières de la conduite à Auray et à Vannes. — Le fait de la capitulation connu sur l’escadre.

CHAPITRE XVIII. — Emprisonnement des captifs à Auray. — État dressé par catégories pour faciliter les mesures de clémence. — Les dispositions favorables détruites par la crainte des soupçons. — Les projets d’amnistie confiés par Tallien à Rouget de Lisle. — L’intervention de Lanjuinais. — Revirement de Tallien ; son discours à la Convention. — Mesures de Blad pour attendre le décret d’amnistie promis par Tallien. — Première commission militaire se déclarant incompétente ; ses actes supprimés.

CHAPITRE XIX. — Départ hâtif de Hoche et des bataillons de grenadiers. — Pression exercée sur Blad par le Directoire du département. — Progression des empiètements d’autorité pris par le Directoire pour forcer aux mesures de rigueur. — Réquisition formelle signifiée au général Lemoine. — Effet produit par la nouvelle de la mise en jugement. — Entrevue de Sombreuil et d’Humbert. — Tentative de suicide de Sombreuil. — Sa comparution devant la commission ; son serment sur le fait de la capitulation. — Protestation des grenadiers. — Suppression des procès-verbaux d’interrogatoires ; singuliers commentaires de M. de Closmadeuc et de M. Chassin. — Demande de sursis adressée par la commission militaire à Blad. — Arrêté de Blad cassant la commission ; sa lettre explicative au Comité de salut public. — Transfert des premiers condamnés à Vannes et leur exécution. — Déclaration de Blad aux commissions militaires et proclamation au peuple pour proscrire tout rappel de la capitulation. — Les accusés privés de défenseurs.

CHAPITRE XX. — Fonctionnement des Commissions. — La sévérité prescrite tempérée par l’indulgence des juges militaires. — Refus de siéger du commandant Douillard ; les commentaires de M. de Closmadeuc et de M. Chassin infirmés par une lettre authentique du général Lemoine. — L’opinion générale de l’armée sur la réalité de la capitulation prouvée par l’ensemble des documents. — Nouvelle intervention du Directoire départemental pour faire éluder l’obligation de lire les sentences au lieu de l’exécution ; soumission docile de Lemoine. — Faits de complaisance pour l’évasion de quelques condamnés. — Satisfaction donnée à la justice de la République. — Remords de Hoche.

CHAPITRE XXI. — Lettres remises par Sombreuil à Humbert. — Celle destinée à Hoche, mutilée. — Celle destinée à Tallien, supprimée. — Celle destinée à l’amiral Warren, publiée par indiscrétion. — Ce qu’il faut penser des griefs qu’elle contient contre Puisaye. — Le caractère de la lettre trahi par la publication faite. — Doutes graves sur son authenticité ; opinion de Rouget de Lisle, de Beauchamp. — Conjectures sur les motifs qui l’auraient fait supposer.

CHAPITRE XXII. — L’expédition de la seconde armée retardée par les hésitations du comte d’Artois. — Motifs de ces hésitations. — Pourquoi le comte d’Artois avait désiré ce commandement et pourquoi il cherchait à s’en dégager. — L’esprit de la Bretagne après Quiberon. — La confession de d’Hervilly. — Les accusations portées contre Puisaye ; ce qu’on doit penser de ses intentions. — Défaut d’entente entre le comte d’Artois et lui. — Avances faites à Charette par les Princes. — Rectitude de la conduite de Charette ; ses trois manifestes successifs. — Missions de divers agents de Vérone et de Londres.

CHAPITRE XXIII. — Embarquement du comte d’Artois. — Effectif du corps expéditionnaire qu’il commande. — Son séjour à l’île d’Houat et ses négociations avec les chefs bretons. — Sa rupture avec Puisaye. — Sa démonstration devant les côtes de Vendée. — Ordres et contre-ordres envoyés à Charette. — Séjour à l’île d’Yeu. — Négociations avec Charette et Stofflet. — Attitude de Charette. — Dernier mouvement ordonné et contremandé. — Charette accepte son arrêt de mort.

CHAPITRE XXIV. — Conduite du comte d’Artois expliquée par les faits. — Attitude des chefs vendéens en face de la question dynastique. — Réserve de Stofflet. — Acceptation par Charette du brevet de lieutenant-général et refus des décorations. — Supposition absurde de Crétineau-Joly. — Véritable raison du malentendu. — Demande d’explications catégoriques adressée à Charette. — Sa lettre au Comité de salut public et sa réponse à l’envoyé du comte d’Artois. — Départ du comte d’Artois déterminé par l’inflexibilité de Charette. — Lettre de Charette au sujet de ce départ. — Révélations de Vauban éclairant tout le mystère.